Aujourd'hui le :
    A+ A A-

    Les manifestants fissurent les escaliers de la Grande poste…quand ils visaient, eux, à fissurer le système

    • Catégorie : infos
    • Écrit par Ayoub C.

    Même si cela est vrai, l’argument qui veut empêcher les manifestants de monter sur les escaliers de la Grande poste n’est pas acceptable, pour plusieurs raisons. Les services de la wilaya d'Alger ont mis en garde, lors de ce 13 vendredi des manifestations, contre le risque d'effondrement des escaliers de la Grande poste, décidant d'empêcher l'accès à ces escaliers, à la lumière de l'expertise technique effectuée par les services de l'organisme national de Contrôle technique de la construction (CTC) qui a conclu à l'existence de "fissures et de corrosion accentuée". Franchement ironique cette justification qui a mené au bord de l’affrontement les milliers de manifestants et les forces de sécurité. Le pays a été dépouillé par une bande de voyous durant 20 ans, et personne n’a trouvé à redire, alors qu’on pleure des escaliers fissurés ! Sordide argumentaire. Bien sûr, les manifestants sont bien montés par centaines sur ces escaliers menacés d’effondrement. On les arrangera bien après le départ des symboles du système, gaâ (tous). Cela ne coûtera pas très cher relativement à ce qui a été volé par la bande. En réalité, on cherche à fausser les repères des manifestants qui ont élu domicile à cette place stratégique, soit l'édifice de la Grande poste, construit en 1910 par l'architecte Jules Voinot, qui est situé à l'intersection des grands axes d'Alger centre, en l'occurrence Didouche Mourad et Larbi Ben M'hidi. Rien ne peut arrêter le hirak, sauf une décision sage qui éloignerait de la scène toutes les figures de l’ancien système, fissuré mais toujours en place.

    Connexion ou Créer un compte