Aujourd'hui le :
    A+ A A-

    Baccalauréat 2018: l’épreuve sécuritaire a commencé le premier jour de l’Aïd el fitr

    • Catégorie : infos
    • Écrit par Rania Z.

    Pour éviter la triche ou la fraude au Baccalauréat, des moyens énormes son déployés sur le front sécuritaire. L’Armée, la Gendarmerie Nationale et la Direction général de la sûreté nationale (DGSN), les trois principaux corps de sécurité sont en état d’alerte max. Non, il ne s’agit pas d’un état de guerre mais tout simplement de l’examen du Baccalauréat 2018, qui nécessite aujourd’hui des préparatifs comme on le ferait lorsqu’on va en guerre. L’armée et ses appareils aériens sont sollicités pour le transport des copies des sujets d’examen, qu’on a commencé à dispatcher à travers les wilayas depuis le vendredi dernier. Les centres d’examen où l’on garde les copies en question sont surveillées par des policiers et des gendarmes. La Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) a également mis en place pour la couverture sécuritaire des examens du Baccalauréat 2018, prévus du 20 au 25 juin en cours, un plan portant mobilisation de plus de 18.000 policiers de différents grades. Sans parler de la mobilisation de milliers de fonctionnaires du secteur de l’Education, certains ne dormiront qu’une heure ou deux par jours, à l’exemple des directeurs de l’éducation au niveau des wilayas et leurs proches collaborateurs. L’épreuve sécuritaire s’avère plus dure que les épreuves du Baccalauréat. Rappelons aussi la coupure Internet annoncée, qui touchera tous algériens, comme pour impliquer toute la population dans les péripéties de cet examen, certes important, mais pour lequel on semble en faire un peu trop. Au point de faire vivre le cauchemar à tout ce beau monde directement touché, ou par ricochet, lors des préparatifs et le déroulement de l’examen.   

    Connexion ou Créer un compte