Logo

Algérie : la révolution du sourire menace de virer au cauchemar de la désobéissance civile

Le pacifisme qui caractérise le mouvement populaire depuis le 22 février est-il menacé ? Oui, si l’on tire les conclusions de ce 24ème vendredi consécutif des manifestations. Les citoyens sont sortis dans des marches pacifiques à travers le pays, ce vendredi 2 août, mais le sourire n’y était plus. Autant les manifestants étaient en colère, renouvelant les mêmes slogans de "changement radical du système" et appelant au "départ de tous ses symboles", incluant en ce 24e vendredi, avec insistance, le départ de Gaid Salah avec les Bensalah dégage et Bedoui dégage. Les manifestants ont tiré à boulets rouges sur Gaid Salah, dont la chute est revendiquée à gorges déployées par les manifestants, qui criaient également « dawla madania machi aaskaria » (état civil et non militaire). Les manifestants étaient très remontés contre Gaid Salah, contre le système, contre tous les symboles du système qui restent encore au pouvoir, dont ils réclament le départ depuis plus de 5 mois mais qui s’accrochent encore aux commandes. Les manifestants en sont arrivés à la menace à force de ne pas être entendus. « La désobéissance civile arrive », criaient une foule très en colère. La révolution « silmia » (pacifique) est en passe de faire partie du passé. Les sourires sont peu à peu remplacés par des mines renfrognées. A force de ne pas les entendre, les manifestants commencent à faire entendre leur grogne d’une manière menaçante. Il y a danger dans la demeure.

Site développé par © ARIS WEB DZ | Création site web algérie