Aujourd'hui le :
    A+ A A-

    Déclaration de politique générale devant l'APN, un plaidoyer pour le 5 e mandat

    • Catégorie : actualités
    • Écrit par Amine T
    • Affichages : 0

    Aucun Premier ministre d’un gouvernement ne se serait risqué à présenter la Déclaration de politique générale devant l’APN à la veille d’élection présidentielle, s’il ne se serait pas assuré d’avoir dans la poche les députés. Le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, qui présentera la Déclaration de politique générale lundi prochain devant l'Assemblée populaire nationale (APN), en sait quelque chose, lui qu’on attendait à ce rendez-vous depuis quelques mois, et qui a choisi ce moment précis pour faire son show. Il sait que la Déclaration de politique générale peut servir le candidat-président, puisque c’est de son bilan qu’on aura l’occasion de parler. Une occasion pour plaider la bonne cause de la candidature du président Bouteflika. La Déclaration de politique générale qui sera présentée en séance plénière devant les députés de l'APN, sera suivie d'un débat général qui se poursuivra jusqu'à mercredi, alors que les réponses de M. Ouyahia aux questions et préoccupations des députés sont programmées jeudi 28 février dans l'après-midi, précise la même source. On focalisera, ainsi, l’attention du débat politique, durant quelques jours, sur les réalisations du président depuis son accession à la présidence en 1999, car la Déclaration est accompagnée d’annexes résumant les résultats du quinquennat 2014-2018, mais aussi de la période allant de 1999 à 2018. Une campagne électorale illégale, parce que précoce, mais légalisée par la nécessité réglementaire de faire cette Déclaration de politique générale devant les députés, qui comprend six chapitres relatifs au bilan du gouvernement dans les différents secteurs et une conclusion totalement dédiée aux "vertus de la continuité". "Ces avancées soulignent les vertus de la continuité, qu’il s’agisse de la continuité dans le quinquennat actuel ou qu’il s’agisse de la continuité dans le processus de reconstruction nationale conduit par le chef de l’Etat", souligne le document. Un véritable plaidoyer pour le 5e mandat.

    Un policier mortellement blessé par un coup d’épée à Constantine

    • Catégorie : actualités
    • Écrit par Rania Z
    • Affichages : 8

    Un policier en activité au niveau de la gare routière ‘Est’ Sahraoui Tahar, à Constantine, a été tué d’un coup d’épée, en fin d’après-midi du jeudi 14 février. D’après des sources sécuritaires, le policier est monté dans un bus, où se trouvait le criminel, pour le forcer à cesser de lancer des insultes et d’user d’un  langage ordurier au milieu des voyageurs, parmi lesquels des familles, et il l’entrainera hors du bus devant le refus du mis en cause de mettre fin au désordre qu’il a provoqué dans le bus. Mais, ce geste lui sera fatal, car une fois hors du bus, le criminel a tiré une épée et a frappé le policier, le blessant gravement près du cœur. Transporté aux urgences du CHU Constantine, il succombera à sa blessure dans le bloc opératoire nous on confirmé ses collègues. Les médecins ont tenté de le sauver mais la blessure était très grave, et la victime a rendu son dernier souffle sur la table des opérations, ajoute-t-on. D’après les premières informations, l’assassin est un repris de justice notoirement connu des services de sécurité. Son arrestation n’a pas encore été confirmée, mais il n’ira pas loin, assure-t-on.   

    Production de véhicules : Nissan nouveau « voisin » de Renault en Algérie

    • Catégorie : actualités
    • Écrit par Amine T
    • Affichages : 9

    Après l'approbation du projet par le gouvernement en décembre 2018, un accord de partenariat entre le groupe algérien privé Hasnaoui et le constructeur japonais d'automobile Nissan Motor a été signé mercredi 13 février, à Alger, pour l'installation d'une usine de production de véhicules en Algérie avec un investissement de 160 millions de dollars. Le document a été paraphé par les co-présidents du groupe algérien, Sefiane et Feriel Hasnaoui, et le vice-président sénior de Nissan Motor, chargé de la région Afrique, Moyen-Orient et Inde, Peyman Kargar, en présence du secrétaire général du ministère de l'Industrie et des mines, Kheireddine Medjoubi. L'entrée en production des véhicules par cette usine, elle est prévue à partir du premier semestre 2020, avec une capacité initiale de 63.500 véhicules touristiques et utilitaires légers/an, selon les explications de M. Sefiane Hasnaoui. Quant au lieu d’implantation de cette usine Nissan, le choix de la région de l’Oranie est tout désigné. Il ne faut pas oublier ou ne pas savoir que Renault détient 43% du capital de Nissan, qui lui-même possède 15% de Renault. D’ailleurs, on le dit clairement, Nissan compte s'appuyer sur son alliance internationale avec Renault et Mitsubishi afin de permettre d'optimiser les investissements dans la sous-traitance locale. Et qui mieux que le site proche de l’usine Renault à Oued Tlelat (Oran). "Avec l'alliance Nissan-Renault-Mistusbishi, nous allons développer un réseau de fournisseurs locaux communs avec Renault, déjà présent en Algérie. Cela va aussi permettre aux meilleurs sous-traitants algériens d'accéder au panel des fournisseurs mondiaux des usines de Nissan et de ses alliés", prévoit-on.

    La « fausse » grève au port d’Alger, mea culpa de l’Agence de presse Anadolu

    • Catégorie : actualités
    • Écrit par Mouloud M
    • Affichages : 10

    Après avoir donné une information, le 13 février, faisant mention d’une grève qui aurait paralysé le port d’Alger, précisément au niveau de la concession de « DP Worl Djazair », l’Agence de Presse Anadolu (Turc) a reconnu son tort le jour suivant, le jeudi 14 février 2019. En d’autres termes, il n’y a eu ni grève, ni un quelconque arrêt de travail, au niveau du port d’Alger et que l’information donnée par cette agence de presse du gouvernement Turc n’était pas du tout fondée. Un porte-parole de DP World a déclaré, pour sa part, que "le terminal à conteneurs de DP World Djazair n'a subi aucun arrêt de ces opérations et continue de fonctionner de manière régulière. Il n'y a eu aucune perturbation sur le terminal à conteneurs de DP World Djazair à Alger." Ajoutant :"Nous continuons d’opérer, avec succès, au port d'Alger et de développer les liens commerciaux pour poursuivre le déploiement économique de l'Algérie dans l'intérêt de nos clients, de nos employés et du gouvernement algérien ". DP World, présent à travers 40 pays, a signé en novembre 2008 une concession de 30 ans pour la gestion du Port d'Alger avec l'Autorité Portuaire d'Alger. Au cours des dix dernières années, DP World Djazair a optimisé ses opérations, a réduit les temps d'attente et d'accostage des navires et le temps de séjour des conteneurs et a augmenté l'efficacité et la productivité des terminaux." Il faut souligner qu’une fausse information du genre peut avoir des conséquences négative sur l’activité portuaire, et par delà sur l’économie nationale. Ce n’est qu’un exemple, pas le premier ni le dernier, de la forte apparition des Fake news en Algérie, à la veille de l’important rendez-vous des élections présidentielles, annoncées pour le 18 avril prochain.

    Election présidentielle algérienne : fake news, caricatures humiliantes et vidéos taquines, la guerre se déchaine sur facebook

    • Catégorie : actualités
    • Écrit par Ayoub C.
    • Affichages : 18

    Une guerre sale et sans pitié est annoncée sur facebook à la veille de la présidentielle du 18 avril. Déchainement « anonyme » de commentaires humiliants, d’insultes et de fake news (fausses informations) sur les réseaux sociaux, facebook, le plus suivi par les algériens. Les débris touchent tous les candidats, mais l’essentiel des frappes est dirigé contre le président Abdelaziz Bouteflika. A peine la candidature de Bouteflika annoncée, un torrent de critiques caricaturales est déversé sur facebook contre le candidat – président, sans aucun respect pour la morale. Sa maladie et son impotence sont étalées sous formes de blagues et de vidéos avilissantes. Pas le temps de se demander si les gens ont le droit de foudroyer quelqu’un de la sorte. Le but évident est de détruire le candidat – président, quitte à détruire le pays. Un « jusqu’au boutisme » sur facebook qui menace la stabilité du pays. Car, il ne faut pas sous estimer les capacités destructrices et déstabilisatrices e facebook. Des conflits sanglants, des manifestations immenses et des dirigeants qu’on croyait inamovibles sont bien tombés grâce aux réseaux sociaux. C’est ce qu’on chercherait dans les prochains jours avec Bouteflika. Les « fake news », ces informations fausses, qui préoccupent des pays parmi les plus développés, notamment sur le plan de l’influence sur le comportement des électeurs, sont déjà bien en place et largement partagés sur facebook. La première grosse fake news qui circulent ces deux derniers jours est relative à la mort de Bouteflika. Un post annonçant la mort du président Abdeaziz Bouteflika en Suisse est partagé par des milliers d’internautes. Certains commentaires croient qu’il s’agit d’une vérité indiscutable, d’autres ironisent en relevant que Boureflika est mort depuis longtemps, ou que Bouteflika est déjà mort est qu’il ne lui arrivé jusque-là. Et cela ne fait que commencer. Laissant clairement voir que les évènements vont se précipiter encore à l’approche de la campagne électorale, qui sera la plus sale de toute l’histoire du pays. D’autant que les autorités ne savent pas réagir, ou n’ont pas les moyens d’être percutant sur le facebook pour mener une contre offensive, faire en sorte que facebook ne se mêle pas de la présidentielle du 18 avril prochain, ou découvrir rapidement les fake news et les neutraliser aussi rapidement. Il est même très difficile de poursuivre quelqu’un pour ses post diffamatoires sur facebook dans un délai qui n’irait pas au-delà des élections, pour pouvoir effacer des messages, des images ou des vidéos d'insulte qui fleurissent sur facebook avant le printemps. Il y a, bien sûr, des pages respectables, qui font de l’activité politique dans le pur respect de la morale et de la déontologie. Malheureusement, le problème c’est que les internautes suivent plus celui qui dit des mensonges et qui excelle dans l’insulte et l’invective.  

    Connexion ou Créer un compte