Aujourd'hui le :
    A+ A A-

    Algérie : la bataille de l’eau sans répit

    • Catégorie : actualités
    • Écrit par Mouloud M

    La quantité d’eau actuellement stockée dans les barrages permet de garantir une alimentation des foyers sur deux ans. L’information a été donnée par le ministre des Ressources en eau, M. Hocine Necib, qui a dans le même contexte indiqué le taux de remplissage des barrages s'élève actuellement à 53%, et que deux barrages ont enregistré une baisse qui incite à l’inquiétude, en l’occurrence le barrage de Ben Dalia (Souk Ahras) et Hamame Debagh à Guelma, a-t-il fait savoir. Non sans rappeler que les eaux souterraines constituent en réalité la principale source de mobilisation des eaux en Algérie, alors que 31% seulement proviennent des barrages. Notons que le nombre de barrages à presque doublé, passant de 41 en 1999 à 78 en 2017 avec une capacité de 8,2 milliards de m3. Et, à l’horizon 2030 le pays comptera 140 barrages. L’Algérie n’a pas encore gagné la bataille de l’eau, qui reste un combat de tous les jours, sans répit, mais des avancées énormes ont été enregistrées ces dernières années en matière de sécurité hydrique…   

     Se référant aux statistiques des dix dernières années, le ministre a relevé que le taux de remplissage des barrages atteignait une moyenne globale de 70%, mobilisée entre janvier à mars, ajoutant que le volume de 500 millions m3 stocké à ce jour, n'avait  pas été enregistré depuis trois ou quatre années. Le ministre des Ressources en eau a affirmé que l'Algérie avait réalisé une importante percée en matière de mobilisation des ressources en eau et s'attèle actuellement à relever les différents défis liés à la couverture des zones enclavées, l'amélioration du service et des indices de gestion et le renforcement et le maintien des infrastructures réalisées dans le cadre du programme initiée depuis 2002 par le président de la République, Abdelaziz Bouteflika. C’est sous la présidence de Bouteflika que le nombre de barrages à presque doublé, passant de 41 en 1999 à 78 en 2017 avec une capacité de 8,2 milliards de m3. Et, le ministre a fait état de la réception de deux nouveaux barrages fin janvier en cours et de quatre autres en 2019, portant le nombre total à 84 barrages pour une capacité globale de quelque 9 milliards de m3. Dans ce sillage, le ministre a relevé que durant cette même période, l’Algérie a réalisé 11 station de dessalement d'une capacité de production totale dépassant les 2,1 millions m3/j, dont la station d'El Mektaa d'une capacité de 500.000 m3/j. sur ce registre, le ministre annonce le lancement éminent de deux autres stations à El Taref et Alger d'une capacité de production de 300.000 m3/j chacune. Celle d’El Taref devrait palier au manque de barrage dans cette région qui va jusqu’à Annaba, et qui  a connu récemment de graves perturbations de la distribution d’eau potable. M. Necib a également évoqué la réalisation des méga projets de transfert d'eau, à l'image de celui reliant Ain Salah à Tamanrasset sur 750 Km, le transfert de Béni Haroun, le transfert des eaux de Chott El-Gharbi et enfin le transfert des eaux Mostaganem-Arzew- Oran. Enfin, grâce à cette amélioration, c’est la réhabilitation des grands périmètres d'irrigation qui s’en ressentent, car les superficies réhabilitées sont passées de 156.000 hectares en 1999 à 252.000 hectares en 2017, soit une hausse de 96.000 hectares. L’Algérie n’a pas encore gagné la bataille de l’eau, qui reste un combat de tous les jours, sans répit, mais des avancées énormes ont été enregistrées ces dernières années. 

    Connexion ou Créer un compte