Aujourd'hui le :
    A+ A A-

    Le Mondial Russe menacé par le boycott diplomatique

    • Catégorie : actualités
    • Écrit par Mouloud M

    La politique viendrait-elle empoisonner le sport, le football, lors de la prochaine Coupe du Monde qui va se dérouler chez Poutine ? Ce dernier, élu ces derniers jours pour un quatrième mandat, a engagé son pays, ou d’autres l’ont engagé, dans une crise diplomatique avec les pays occidentaux dans le sillage de l’assassinat à Londres d’un ex. espion russe passé à l’ouest. Plusieurs pays européens envisagent sérieusement un boycott diplomatique de la Coupe du monde de football, organisée du 14 juin au 15 juillet prochain en Russie, en soutien au Royaume-Uni qui, officiellement, a décidé de ne pas envoyer d'officiels en Russie. Entre la Russie et le Royaume- Uni, la crise diplomatique est bien installée, des diplomates ont été expulsés ces derniers jours de part et d’autre. Londres a expulsé 23 diplomates russes (sur 59 présents au Royaume-Uni) et gelé ses contacts avec la Russie, qui a pris des mesures identiques en représailles et ordonné la fermeture du British Council de Moscou. La Première ministre britannique, Theresa May, avait indiqué la semaine dernière qu'aucun ministre ou membre de la famille royale britannique ne se rendrait au Mondial 2018 après l'empoisonnement de l'ex-espion Sergueï Skripal et de sa fille, dont Londres accuse Moscou.

    Le président polonais, Andrzej Duda, sera lui aussi absent de la cérémonie d'ouverture de la compétition, le 14 juin. «Hier, le président a pris la décision de ne pas participer comme représentant de la Pologne à la Coupe du monde», a déclaré son chef du cabinet, Krzysztof Szczerski.

    C'est ensuite le ministère islandais des Affaires étrangères qui, selon la chaîne publique RUV, a dit consulter ses «alliés» sur un éventuel boycott diplomatique. «Le gouvernement islandais n'a pas pris de décision sur de possible mesures au sujet de l'attaque mais va continuer (...) de consulter ses proches voisins et alliés», a indiqué le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué.

    Le porte-parole du ministère suédois des Affaires étrangères, Per Enerud, a indiqué lundi qu'il y avait «beaucoup d'idées que nous étudions», tandis que son homologue danois a précisé que des mesures étaient à l'étude mais qu'aucune décision n'a encore été prise.

    Londres, Berlin, Paris et Washington ont estimé la semaine dernière que la responsabilité russe était la seule explication «plausible» à l'empoisonnement de l'ex-espion russe Sergueï Skripal, une affirmation rejetée par Moscou, qui clame son innocence. Il ne s’agit, heureusement, que de boycott diplomatique, la fête sur les terrains sera totale.

    Connexion ou Créer un compte