Aujourd'hui le :
    A+ A A-

    Pétrole : l’Arabie Saoudite et la Russie veulent enterrer l’accord de janvier 2017

    • Catégorie : actualités
    • Écrit par Mouloud M

    Le prix du baril de pétrole va encore reprendre la courbe décroissante, puisque la réduction de la production de pétrole décidée au mois de janvier 2017, selon un accord qui engage les pays membres de l’OPEP, dont l’Algérie, acteur clé de cet accord, et les pays producteurs de pétrole hors OPEP, est sur le point d’être enterré. Deux géants de la production pétrolière, qui font partie de l’OPEP pour l’un et le second hors OPEP, en l’occurrence l’Arabie Saoudite et la Russie, ont décidé d’augmenter leurs productions, progressivement, et ne leur reste qu’à convaincre les autres pays de les suivre dans leur démarche. C’est le ministre saoudien de l’énergie qui a annoncé la nouvelle aux journalistes, à partir de Moscou, où il se trouvait ce jeudi 14 juin.    L'OPEP et ses alliés pourraient convenir d'augmenter progressivement la production de pétrole à partir du 1er juillet, a-t-il annoncé à l’issue des discussions avec son homologue Russe. La décision d’ouvrir les vannes pour une augmentation de la production de pétrole sera débattue la semaine prochaine à Vienne, lors de la réunion des pays exportateurs de pétrole (OPEP), la Russie et d'autres producteurs. L'Arabie saoudite et la Russie affichent ouvertement leur volonté d'augmenter la production, selon un principe de retrait progressif de l'accord, dont les détails seront discutés avec les autres pays lors de la réunion de la vienne dans une semaine, mais une option est bien en vue pour augmenter progressivement la production de 1,5 million de bpj, probablement à partir du 1er juillet. Mais, il faut s’attendre des  oppositions à cette option de la part de l’Iran, du Venezuela et probablement de l’Algérie. Des fissures vont, donc, apparaître dans le bloc des pays qui ont conclu l’accord de janvier 2017 et qui permis une reprise des cours de prix du baril de pétrole, qui ont chuté à moins de 30 dollars et qui ont dépassé, dans le sillage de la réduction de la production, le seuil des 70 dollars/baril. Relevons que cette sortie du ministre saoudien de l’énergie juste après les accusations de Trump contre les pays membres de l’OPEP, coupables selon lui d’avoir augmenté les prix de pétrole. Est-ce à dire que c’est lui qui a ordonné aux saoudiens d’abandonner l’accord de réduction de la production de pétrole ? Il est quasiment certain que si l’augmentation de la production de pétrole est décidée, les prix du baril de pétrole vont encore rechuter, chose qui n’arrange pas les affaires de pays comme l’Algérie, le Venezuela ou l’Iran, dont les économies reposent sur la bonne santé de l’or noir.      

    Connexion ou Créer un compte