Aujourd'hui le :
    A+ A A-

    «Si bouteflika…», Djamel Ould Abbes fait petit un aveu sur une succession probable à Bouteflika

    La probabilité d’une succession de Bouteflika à la présidence en 2019 n’a jamais été exprimée aussi ouvertement, jusque-là, doit-on noter, par le SG du FLN, Djamel Ould Abbes. Mais, présentement, l’évolution du discours du SG du FLN, Djamel Ould Abbes, qui ne parle pas sans que la présidence ne lui donne ses orientations, a tourné court. D’un appel solennel lancé au président Bouteflika pour briguer un 5e mandat, le SG du FLN a par la suite demandé au président de continuer sa mission, avant de finir sur un air plus sérieux, en redressant son discours avec un oui, nous souhaitons que le président Bouteflika prenne la décision de briguer un 5e mandat, mais s’il opte pour une autre décision, nous au FLN, nous appliquerons. Comprendre « si Bouteflika décide de désigner un successeur, le FLN le soutiendra comme il l’aurait fait pour Bouteflika ». Cette évolution du discours intervient dans un cadre politique caractérisé par le regroupement de plusieurs formations politiques en signe de soutien au président Bouteflika pour un 5e mandat, lequel regroupement sera tourné ‘dare dare’ en faveur du soutien du successeur désigné par le président sortant. C’est l’hypothèse la plus plausible, mais elle ne sera confirmée que dans les derniers moments, peu de temps avant les présidentielles 2019, afin de laisser la scène locale sur sa faim, et surtout polluer l’atmosphère politique tant qu’on peut avec le 5e mandat, puisque cette probabilité paralyse, voire tétanise, les potentiels candidats aux prochaines présidentielles. Le journal électronique ‘DAA’ a livré un article qui analyse la situation cet aspect des prochaines élections présidentielleshttp://www.directealgerie.com/index.php/analyse-politique ), soulignant la forte probabilité de la désignation d’un successeur au président Bouteflika, qui doit faire l’unanimité au sein des cercles influents du pouvoir.

    Connexion ou Créer un compte