Aujourd'hui le :
    A+ A A-

    Bajoleaks, les « vérités » de l’ancien espion en chef de la France sur l’Algérie et le Maroc

    • Catégorie : actualités
    • Écrit par Amine T

    « Le soleil ne se lève plus à l’est », le livre publié aux éditions Plon, par son auteur Bernard Bajolet, ex-chef espion et ancien ambassadeur à Alger, montré comme un spécialiste du renseignement, expert du monde arabo-musulman, prend des formes d’un wikileaks spécialement orienté vers les pays du Maghreb, l’Algérie et le Maroc en particulier. On peut, donc, parler d’un ‘Bajoleak’ en lien avec le nom de l’auteur des ces « fuites » provocatrices sur ses intimités avec le président Bouteflika et le Roi Mohamed IV. Après avoir lancé dans une interview au Figaro, réputé pour son hostilité avec la présidence algérienne, que Bouteflika était maintenu « artificiellement en vie », Bojoleaks est revenu à la charge en comparant le pouvoir algérien à une momie, parlant de « momification du pouvoir algérien » devant les adhérents de l’association de la presse diplomatique. Entre les deux déclarations, côté réaction de la présidence, c’est Djamel Ould Abbes qui a haussé en criant que le président dirige le pays en maestro. Le fait est gravissime, puisque c’est l’intéressé lui-même qui devrait répondre à Bajolet et non Djamel Ould Abbes qui n’a pas délégation de parler ou de défendre le président Bouteflika. Le fait qu’il laisserait le soin à Djamel Ould Abbes de le défendre est en lui-même un geste de faiblesse qui renforcerait les vérités de Bajoleaks. Et ce n’est certainement pas l’audience qu’il a accordée à la chancelière allemande ou le Conseil des ministres qu’il va présider ce mercredi qui mettraient en défaut les dires de Bajolet, qui a écrit un livre qu’il faut lire absolument, dans tous les sens, parce que, sans polémiquer sur la vérité de Bajoleaks (C’est au président Bouteflika de démentir ou de confirmer ce qu’il raconte dans ce livre), tout en pensant bien que Bajolet, le diplomate français et ancien chef de la DGSE (la direction générale de la sécurité extérieure), n’a pas parlé sans arrières pensées. Impossible de livrer publiquement des « vérités », aussi vraies soient-elles, qu’ils a côtoyé ou vécu durant son service en que haut cadre de la France. Il est, tout simplement, tenu par le droit de réserve. Ses déclarations engagent l’état français, contrairement à ce qui a été dit par l’ambassadeur de France à Alger, Xavier Driencourt, qui a cru bon de souligner que les déclarations de Bajolet n’engagent que sa personne, afin de décharger l’état français. Il ne fait, en tout cas, que sont travail. Dans « Le soleil ne se lève plus à l’est », Bajolet n’a pas manqué de raconter des anecdotes sur ses missions de l’ombre entre le Maroc et l’Algérie, notamment sur la question sensible du Sahara Occidental. Critiquant les positions laxistes de la France vis-à-vis du Maroc à propos du trafic de cannabis, il dira que « jusqu’à présent », des considérations diplomatiques ont toujours dissuadé les dirigeants français d’aborder cette question avec les autorités marocaines, laissant presque entendre que les dirigeants actuels de la France seraient prêts à traiter ce dossier avec le Maroc. Du Macron derrière ces Bajoleaks ? Tout porte à le croire, notamment le timing de ces sorties médiatiques, précédant des visites d’Etat annoncées en Algérie et au Maroc à la fin de l’année ou au début de l’année prochaine. Sur le dossier du Sahara Occidentale, Bajoleaks révèle aux deux voisins leurs faiblesses et leurs dépendances aux positions de la France sur le sujet, son soutien à l’une ou l’autre partie étant jugé capital. Non sans dire qu’il avait dit de vive voix au président Bouteflika que la solution au problème du Sahara Occidentale passerait par un dialogue direct entre l’Algérie et le Maroc. Un soutien direct aux thèses du Maroc. Les relations de la France avec ces deux partenaires majeurs pour elle relèvent autant de la psychologie que de la diplomatie, révèle Bajoleaks. Les révélations de Bajoleaks ont mis en branle les médias marocains qui parlent de « l’obsession anti Marocaine de l’Algérie », parce que Bouteflika aurait confié à Bajolet qu’il n’y aura jamais de lune entre le Maroc et l’Algérie tant que le problème du Sahara Occidental reste posé. On avait l’habitude de lire des livres d’auteurs français sur le Roi du Maroc, aujourd’hui c’est un auteur, et pas n’importe quel auteur, qui dit tout sur le président algérien, des vérités qui, si elles ne sont pas démenties par le président Bouteflika, sans intermédiaire, risquent de faire très mal à son pouvoir à la veille des élections présidentielles qui devrait se tenir en 2019.

    Connexion ou Créer un compte