Aujourd'hui le :
    A+ A A-

    Le prix Nobel de la Paix à deux personnes engagées dans la lutte contre les violences sexuelles

    • Catégorie : actualités
    • Écrit par source FJDH

    Ils sont célèbres pour leur lutte contre les violences sexuelles, un drame humanitaire qui ne cesse pas, même de nos jours, de choquer les consciences à travers le monde. Ce vendredi, 5 octobre à Oslo, le Comité Nobel norvégien a décerné le Prix Nobel de la Paix 2018 au gynécologue congolais, Denis Mukwege et à Yazidie Nadia Murad, ex-esclave du groupe Etat islamique, « pour leurs efforts pour mettre fin à l’emploi des violences sexuelles en tant qu’arme de guerre ». Chaque année le Comité Nobel attribue un prix aux personnes « ayant apporté le plus grand bénéfice à l’humanité », par leurs inventions, découvertes et améliorations dans différents domaines de la connaissance, par l’œuvre littéraire la plus impressionnante, ou par leur travail en faveur de la paix, respectant ainsi le testament d’Alfred Nobel, inventeur de la dynamite et fabricants d’armes. Ainsi pour 2018, le gynécologue congolais Denis Mukwege et Nadia Murad ont été honorés « pour leurs efforts pour mettre fin à l’utilisation de la violence sexuelle comme arme de guerre », a annoncé le Comité Nobel norvégien. Dr Mukwege, le neuvième africain à recevoir le Prix Nobel de la Paix, travaille depuis un certain temps avec l’Institut Universitaire Varenne, les Fondations Dr Mukwege, Panzi et Pierre Fabre avec des partenaires locaux comme l’Association des Femmes Juristes de Centrafrique (AFJC) et l’Hôpital de l’Amitié, pour la création à Bangui d’un centre de prise en charge holistique des survivantes de violences sexuelles ainsi que pour la prévention de ces violences dans le pays. Tandis que sa Co lauréate irakienne, Nadia Murad, membre de la minorité yazidie, a vécu les horreurs combattues par Mukwege. Nadia Murad a été esclave sexuelle du groupe jihadiste Etat Islamique (EI) durant trois mois à Mossoul en 2014, avant de s’évader. Les islamistes ont tué ses six frères et sa mère. Nommée Ambassadrice de l’ONU pour la dignité des victimes du trafic d’êtres humains depuis 2016, Nadia Murad milite désormais pour que les persécutions commises contre les Yazidis soient considérées comme un génocide. Elle a publié un livre qui raconte l’atrocité qu’elle a vécue. « Mon histoire, relatée honnêtement et prosaïquement, est l’arme la plus efficace dont je dispose pour lutter contre le terrorisme, et j’ai bien l’intention de m’en servir jusqu’à ce que ces criminels soient traduits en justice », a-t-elle déclaré.

    Connexion ou Créer un compte