Aujourd'hui le :
    A+ A A-

    Israël a mis sur pieds une armée électronique

    • Catégorie : actualités
    • Écrit par Ayoub C.

    Méfiez-vous de l’armée électronique israélienne dont les soldats pullulent sur les réseaux sociaux. Après avoir relativement ignoré la « Cyber Sécurité» ou « Cyber » guerre, Israël met pleins pieds dans le monde virtuel en livrant une bataille féroce sur facebook, Twitter, et Youtube, et tous ceux qui sont hostiles à l’Etat hébreu sont des ennemis à abattre. Et, pour comprendre qu’il s’agit d’une affaire de la plus haute importance pour les israéliens, on n’a qu’à voir qui tient ce nouveau rôle. C’est le ministère des Affaires stratégiques qui a été chargé du dossier « Cyber Sécurité », selon des sources médiatiques. En tout cas, les premières victimes de ces batailles ne sont autres que le Hamas et le Hezbollah, ses ennemis jurés. Dans ce contexte, Twitter a bloqué 22 comptes du Hamas et du Hezbollah à la demande d’Israël pour apologie du terrorisme lundi 24 décembre. Un compte – celui du leader du Hamas Ismail Haniyeh – a également été bloqué. Le géant des réseaux sociaux dit avoir suspendu plus de 205 000 comptes au cours du 1er semestre 2018. La plupart suite à des plaintes déposées par Israël. Des unités spéciales de l’armée et de la police israéliennes sont à l’affut des réseaux sociaux de manière permanente, toujours selon les mêmes sources médiatiques. Grâce à un réseau serré d’algorithmes, pas moins de 1 100 Palestiniens sans appartenance politique connue ont été interpellés en 2017 ou mis en garde par le Shin Beth, le service de sécurité intérieure. Ils projetaient de commettre des attentats au couteau ou à la voiture bélier. Maintenant, on veut aller loin dans cette Cyber guerre, promulguer une loi devrait donner des outils aux autorités israéliennes pour contrôler tout ce qui bouge sur les réseaux sociaux. Selon les estimations les plus basses, Israël compte entre 350 et 400 entreprises spécialisées dans le domaine de la Cyber Sécurité, la majeure partie étant des start-up. Certaines, devenues poids lourds du secteur, comme Check Point ou CyberArk, ont désormais acquis une réputation mondiale. Le gouvernement israélien ne le cache pas : il entend faire de ce pays de 8,5 millions d'habitants une «cyber nation». Les spécialistes « cyber » sont recrutés par centaines chaque année, l’armée électronique est opérationnelle, un exemple suivi par tant d’autres pays, sauf ceux qui vivent encore l’âge de pierre.

    Connexion ou Créer un compte