Aujourd'hui le :
    A+ A A-

    Le parlement de l’Union européenne craint la déstabilisation en Algérie

    En session plénière mardi 2 mars à Strasbourg, les eurodéputés ont abordé avec des sentiments de crainte l’évolution de la crise qui touche l’Algérie depuis le 22 février, évoquant l’impact d’une déstabilisation du pays sur la sécurité énergétique de l’Europe. Voilà ce qui leur fait peur, leur sécurité énergétique, sans aucune pensée pour les conséquences de cette déstabilisation sur la vie des algériens. La crise politique qui secoue l'Algérie depuis le 22 février était, donc, au centre des discussions en session plénière au parlement européen. Les eurodéputés ont évoqué l'évolution de la crise et les risques que comporte une déstabilisation de l’Algérie pour toute la région, notamment les effets sur le partenariat énergétique entre l’Union européenne et l’Algérie. La proposition du chef d’état major pour passer à l’application de l’article 102 n’est pas rassurante pour les eurodéputés. «Il ne faut pas que cela paraisse comme une espèce de manœuvre pour gagner du temps», a déclaré l'eurodéputée française Tokia Saïfi, 1ère vice-présidente de la commission du commerce international, et membre de la commission des Affaires étrangères, selon l'RFI. «Tout le monde sait que le président Bouteflika était inapte depuis assez longtemps. Donc, je trouve assez curieux qu'on n'en parle que maintenant», a-t-elle ajouté. Dans le même sens, M.Urtasun a reproché à l'Union européenne d'avoir été «trop silencieuse depuis le début des manifestations». «Il y a une crainte de déstabilisation du pays», a-t-il averti.

    Connexion ou Créer un compte