Aujourd'hui le :
    A+ A A-

    Algérie : le système au pouvoir tente de se faire une vie dans les relations étrangères

     Alors que le pouvoir algérien vit dans le discrédit depuis le 22 février, avec des manifestations pour le 6 e vendredi consécutif, regroupant des millions d’algériens à travers tout le pays, pour exiger le départ du système politique tout entier, on continue encore de faire comme si de rien n’était. Narguant tous les citoyens qui l’ont mis hors course grâce à leur mobilisation sans précédent dans l’histoire de l’Algérie indépendante, le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a désigné le président du Conseil de la Nation, Abdelkader Bensalah, pour le représenter au 30ème Sommet de la Ligue des Etats arabes, qui se tiendra dimanche 31 mars à Tunis, indique un communiqué de la Présidence de la République. Et, il sera accompagné à l’occasion par M. Ramtane Lamamra, vice-Premier ministre, ministre des Affaires étrangères,  ajoute la même source. Le vice Premier qui se trouve déjà à Tunis, et qui a été reçu par le président Caid Essebsi. L’air de rien, il n’a pas parlé de la situation en Algérie, mais de la crise libyenne, affirmant que le dialogue et la solution politique constituaient "la seule voie" à même de consacrer la réconciliation en Libye et mettre fin au conflit dans ce pays. Il a même reçu, à Tunis (Tunisie), l'Envoyé spécial du Secrétaire général des Nations unies pour la Libye, Ghassan Salamé. Franchement incroyable. Le système politique algérien, totalement paralysé à l’intérieur du pays, tente de se faire une vie dans les relations étrangères, Lamamra, qui fait une tournée à travers plusieurs capitales, est engagé dans cette mission depuis plusieurs jours. Sans réussir à convaincre ses interlocuteurs, car le département d’Etat américain a déclaré jeudi 28 mars qu’il appartenait au peuple algérien de dire comment mener la transition, précisant que Washington respectait le droit des Algériens d’exprimer leurs points de vue. De son côté, Jean-Yves Le Drian, ministre français des Affaires étrangères, a salué, ce vendredi 29 mars, le “civisme remarquable” du peuple algérien qui a manifesté à nouveau vendredi en masse pour obtenir la fin du “système” au pouvoir, estimant que la transition “maintenant s’imposait”. Le peuple a gagné contre Lamamra sans aller frapper aux portes des capitales étrangères.

    Connexion ou Créer un compte