Aujourd'hui le :
    A+ A A-

    Torture morale et physique, non respect des droits…le cri de détresse des algériens détenus dans des prisons françaises

    • Catégorie : actualités
    • Écrit par Mouloud M

    Du jamais vu. Avant l’avènement du « Hirak », aucun algérien vivant à l’étranger ne souhaiterait être expulsé vers l’Algérie, mais les choses ont changé depuis un certain 22 février. De nombreux émigrés se préparent à renter au pays. Et, des algériens incarcérés dans des prisons françaises, dont le nombre est estimé à près de 2000 prisonniers, ont envoyé une correspondance à notre journal  « Directe Algérie Akhbar », à travers laquelle ils sollicitent une intervention des autorités et des avocats algériens pour qu’ils puissent être expulsés vers l’Algérie. « Parler de nous, faite partager ce message, on veut être expulsé vers notre pays, l’Algérie, car la France nous torture moralement, on mange mal, on vit mal en prison, parler aux avocats en Algérie, aider nous svp ya cha3b djazair 3awnouna, nahnou algeriens fel habss de France, la justice française habine yakatlouna, la justice de France veut tuer les Algériens qui sont en prison », voilà quelques phrases comme un cri du cœur lancé au peuple algérien pour aider ces algériens détenus dans des prisons françaises. On peut se demander ce qu’attendent nos représentations diplomatiques pour leur venir en aide ? Et les prisonniers de répondre dans leur missive que « les consulats algériens en France ne nous aide pas, ils ne viennent même pas dans les prisons pour savoir si nos sont respectés ». Des prisonniers algériens sont abandonnés à leur triste sort dans les prisons françaises, où le racisme s’expriment ouvertement d’une manière odieuse. Et le message qu’on veut faire parvenir aux autorités et aux avocats, c’est que, il y a un article de loi qui stipule que les algériens ont le droit être expulsé vers leur natal l'Algérie, mais la justice française ne veut pas appliquer cette loi s.v.p...S.O.S, lancent des prisonniers algériens. Ce qu’il faut, c’est que l’ambassade d’Algérie en France et les consulats algériens, ont le devoir de recenser les détenus algériens qui moisissent derrière les barreaux en France, et faire en sorte que leurs droits soient respectés. On voit bien que le mouvement populaire algérien, ou le « Hirak », a crée une vague de fierté jamais ressentie au sein de la communauté émigrée partout à travers le monde, particulièrement en France, où vivent des centaines de milliers d’algériens. « On ne se fait plus tout petit, vous nous avez redonné notre orgueil d’être algérien, nous marchons la tête haute depuis le 22 février 2019, on a repris de l’espoir de voir notre Algérie se développer, libéré des voleurs qui l’ont dépouillé, comme le disent si bien les manifestants (klitou labled ya sarakine) », disait des émigrés de retour au pays, juste pour participer à une manifestation du sourire. Et, il y a une autre catégorie d’émigrés, qui vivent derrière les barreaux, ces algériens qui séjournent dans les prisons françaises et qui ont été également touchés par cette révolution algérienne. Désormais, nombreux sont les algériens établis à l’étrangers qui veulent regagner le pays depuis cette date du 22 février, début des manifestations populaires qui ont ébranlé le régime. Ce régime qui a étouffé les algériens à l’intérieurs de leur pays et poussé des millions d’autres à s’auto-exiler, à la harga. Une harga qui ne fait plus l’actualité depuis cette date du 22 févirier.    

    Connexion ou Créer un compte