Aujourd'hui le :
    A+ A A-

    Abdelkader Bensalah et Gaid Salah mettent le cap sur l’élection présidentielle

    "La voix du peuple a été entendue", avait souligné le chef de l’Etat, M. Abdelkader Bensalah, dans un discours à la Nation, ce dimanche 5 mai, à l’occasion du mois sacré. Appelant dans ce sens à un dialogue "intelligent, constructif et de bonne foi" qui reste "l'unique moyen pour construire un consensus fécond, le plus large possible, de nature à permettre la réunion des conditions appropriées pour l'organisation, dans les délais convenus, de l’élection présidentielle". Dialogue et organisation de l’élection présidentielle, est-ce cela ce que demande le peuple ? Il est vrai que plusieurs partis adhèrent à cet appel au dialogue, mais le peuple dans son Hirak refuse ce dialogue avec les symboles du système, dont le chef de l’Etat, lui-même, en fait partie, et refuse qu’on parle d’élection présidentielle avec tant que les gangs sont au pouvoir, « la li intikhabat fi houkm el issabat », criaient les citoyens lors de la 11e manifestation. Quoi alors ? Bensalah fait-il la sourde oreille ? En tout cas, tout comme l’a répété à maintes reprises le chef d’état major de l’ANP, Gaid Salah, le chef de l’Etat a indiqué dans son discours que cette élection est "seule à même de permettre au pays de sortir définitivement et durablement de l’instabilité politique et institutionnelle". Soutenant encore qu’un président de la République issu d’une élection incontestable, aura, en effet, "toute la légitimité nécessaire et toutes les prérogatives requises pour concrétiser l’aspiration profonde au changement et satisfaire l’ensemble des revendications populaires légitimes". Cet appel, souligne le chef de l’Etat, s’adresse à "tous les acteurs nationaux, à l’ensemble des composantes de la classe politique, aux mouvances qui structurent la société civile et à tous ceux qui sont considérés comme exprimant les sentiments d’une frange de la société, ou de ses élites, à l’intérieur comme à l’extérieur du pays, notamment les jeunes et les femmes, de se mobiliser pour la réalisation de cet objectif stratégique national, seul à même de mener notre pays vers des lendemains sûrs et prospères". a-t-il mentionné. Allant plus loin encore, M. Bensalah parlera des modalités d’organisation, de contrôle et de supervision de ces élections dans toutes les phases de préparation, déroulement et de dénouement, "doivent être au cœur de ce dialogue et faire l’objet d’un large consensus". Pour M. Benslah "le processus de changement connaît, au quotidien, des avancées incontestables", signalant dans ce sens la lutte contre la corruption et la dilapidation des deniers publics, a ainsi connu une accélération qui laisse entrevoir une prise en main déterminée par la Justice des dossiers qui ont défrayé la chronique. Oubliant ou feignant d’oublier que les revendications portent, elles, essentiellement sur le changement radical du système, « Trouhou gaa ».

    Connexion ou Créer un compte