Logo

Trafic dans le classement des rendez-vous des demandeurs de visa

L’ambassade de France à Alger met fin au contrat deTLS Contact

 

                                                                                                                        Quelle est la motivation de la résiliation de contrat entre l’Ambassade de France et TLS Contact, le prestataire d’externalisation des services visas pour le compte de consulats français en Algérie ? La fin de contrat, décidée le 28 juin dernier, prend effet à partir du 31 janvier, un délai avancé par les autorités françaises, selon un communiqué de l’ambassade de France à Alger. Et, si ce n’est les clauses contractuelles entre les deux parties, qui prévoient certainement une sorte de préavis, la partie française aurait mis fin à cette relation contractuelle dans l’immédiat. Chose qui dénote d’une décision de rupture qui a ses raisons profondes. « Le prestataire TLS Contact continuera à recueillir, jusqu'au 31 janvier 2018, les dossiers de demandes de visas auprès des trois consulats généraux de France en Algérie (Alger, Oran et Annaba) », a indiqué lundi 3 juillet un communiqué de l'ambassade de France en Algérie. Il faut revenir un peu en arrière pour comprendre que cette décision est totalement contradictoire par rapport à  la position affichée à la fin du mois de mai dernier, lorsque la polémique a enflé sur les réseaux sociaux au sujet des longues attentes pour obtenir un rendez-vous par les demandeurs de visas, voire de l’impossibilité du tout d’avoir ce rendez-vous avant une année. A la fin du mois de mai 2017, le consulat général à Alger à même pris la défense de TLS Contact, en soulignant dans un communiqué que « c’est tout à fait chose normale et logique lorsque le nombre très élevé de demandes de visas remplit le planning en ligne du prestataire TLS contact au maximum de sa capacité sur les 6 prochains mois ». Et, le même communiqué expliquera que « c’est un phénomène qui se produit à l’approche de la saison estivale, où les demandes de visas enregistrent un bond impressionnant », tout en notant que les demandes urgentes peuvent être traitées en priorité, dans les meilleurs délais possibles. A cette date, donc, rien ne laissait prévoir cette rupture de contrat entre les deux parties. Qu’est-ce qui a changé entre temps pour pousser les autorités françaises à mettre fin à ce contrat ? Il s’agit, selon des sources bien informées, de la fraude et les passes droits qui sévissaient au sein de TLS Contact. On s’est assuré, côté français que certains demandeurs de visas, qui ont déposé leurs demandes récemment, ont obtenu des rendez-vous avant ceux qui attendent ce rendez-vous depuis plusieurs mois. TLS Contact a pu également se rendre compte de ce trafic, et des employés ont été licenciés pour cette cause. Et, connaissant la mentalité des algériens, qui ont continué à chercher par tous moyens comment obtenir un rendez-vous avant les autres, le trafic n’a pas  été pour autant stoppé. Le rendez-vous étant obligatoire afin d’obtenir le visa, certains demandeurs sont prêts à payer le prix fort, très fort, pour ne pas suivre la file d’attente. C’est un sport national que de « brûler » la chaîne, comme on dit chez nous. Et, tant que la demande sera aussi forte, il sera très difficile d’éliminer ce trafic pour l’obtention d’un rendez-vous pour le visa sans respecter son tour sur la liste. En tout cas, les autorités françaises ont décidé de lancer un « nouvel appel d'offres » pour recruter un nouveau partenaire qui se chargera de cette mission de l’externalisation des demandes de visas, soulignant que « l’objectif est de mieux prendre en compte les nouveaux paramètres de la demande algérienne de visas et d’améliorer encore les conditions d’accueil des demandeurs de visas en Algérie, en assurant notamment un contrôle plus efficace des calendriers de rendez-vous et une maîtrise des délais d’attente ». Ce n’est pas impossible mais il faut vraiment mettre en place un système ingénieux pour combattre la filouterie des algériens, qui ont appris à soudoyer le planton du médecin pour passer la visite médicale avant les autres patients qui attendent ! Enfin, il ya le nouveau ambassadeur de France en Algérie, Xavier Driencourt, officiellement installé ce lundi 3 juillet, qui connait bien l’Algérie et les algériens, et qui pourrait bien remédier à ce mal.

Site développé par © ARIS WEB DZ | Création site web algérie