Logo

Vacances au bord de la mer :

une virée en enfer pour les algériens !

                                                                                                                Théoriquement, toutes les plages sont gratuites en Algérie, mais en réalité c’est une toute autre histoire. Les malheureux estivants qui se rendent sur les plages de la côte algérienne, les 1200 km de la côte, sont confrontés au diktat des bandes de jeunes qui imposent aux vacanciers la location de parasols, tentes, chaises et tables. Et, gare à celui qui oserait avancer des réclamations ou refuser la location. Les jeunes portent des armes blanches bien visibles pour dissuader quiconque de dire un mot. Alors que pour le stationnement des véhicules des estivants qui viennent se détendre au bord de la mer, « on se trouve carrément face à des racketteurs », se plaignent des automobilistes. Les prix de stationnement ont été multipliés cette année, par trois et quatre fois le prix pratiqué ces deux dernières années. Les gardiens autoproclamés des parkings exigent 200 dinars pour les véhicules légers et 400 DA pour les fourgonnettes (un exemple de prix pratiqués à Annaba). Sans parler de la nourriture dégueulasse et très chère, les soucis de sécurité, surtout pour les familles qui comptent des jeunes filles. Dans ce derniers cas, des pères de familles conseillent aux estivants de « partir à la mer avec des fusils à l’épaule ». Globalement, on ne sera jamais tranquille lorsqu’on se déplace à la mer. Pour certains, c’est le voyage obligatoire à cause des enfants, sinon on choisirait de passer le temps chez soi. Un ex. chef de sûreté d’une wilaya algérienne nous a avoué qu’il préfère passer des vacances chez les voisins à l’Est ou à l’Ouest (Tunisie et Maroc). Il se sent plus en sécurité, plus tranquille quant à la quiétude de sa famille. On aura tout dit, tout vu, avec ce témoignage.  

Site développé par © ARIS WEB DZ | Création site web algérie