Aujourd'hui le :
    A+ A A-

    Abou Djerra Soltani souhaite beaucoup de gifles aux partis islamiques !

    • Catégorie : actualités
    • Écrit par Rania Z.

    L’ex. président du HMS n’a pas lésiné sur le verbe pour lancer des critiques acerbes contre les partis islamiques, qui ne veulent pas faire de la politique et restent cloîtrés dans leur pudeur moral. Tayeb Erdoga, lorsqu’il est parti à la conquête de la mairie d’Istanbul n’a pas fait sa campagne dans les mosquées, rappellera-t-il, il est allé dans les bars et dans la rue pour chercher l’adhésion des citoyens à son projet. Presque le même procédé adopté par l’ex. FIS algérien, qui a réussi à s’attirer le vote des pieux et des ivrognes…

     C’est l’un de ses représentants qui en témoigne, en l’occurrence M. Abou Djerra Soltani, l’ex. président du parti Harakat Moujtamaa Silm (HMS), « le courant politique islamique mérite des gifles, beaucoup de gifles, pour qu’il se réveille de sa torpeur ». Très remonté contre les partis de tendance islamique, qui n’ont rien appris durant ces 20 dernières années, et qui restent dans l’ignorance des secrets de la pratique de la politique. M. Abou Djerra Soltani a considéré, lors d’une intervention sur une chaîne TV privé, après le dernier échec cuisant aux élections locales du 23 novembre, que « les partis de tendance islamique ne sont pas ouvert, ils s’accrochent à des critères non efficace pour attirer les militants et convaincre les électeurs de faire partie de leurs rangs ou de voter pour eux, il sont toujours dans l’esprit de la jamaâ, ils se considèrent comme la crème de l’élite et ne veulent pas des autres. L’ex. président du HMS n’a pas lésiné sur le verbe pour lancer des critiques acerbes contre les partis islamiques, qui ne veulent pas faire de la politique et restent cloîtrés dans leur pudeur moral. Tayeb Erdoga, lorsqu’il est parti à la conquête de la mairie d’Istanbul n’a pas fait sa campagne dans les mosquées, rappellera-t-il, il est allé dans les bars et dans la rue pour chercher l’adhésion des citoyens à son projet. Presque le même procédé adopté par l’ex. FIS algérien, qui a réussi à s’attirer le vote des pieux et des ivrognes. Il faut être ouvert pour brasser large au sein de la société, a estimé M. Abiou Djerra Soltani, qui révèle qu’au HMS il faut passer 7 étapes pour devenir militant. « Si les partis islamiques n’apprennent pas la leçon de ces 20 dernières années, ils ne méritent pas de rester sur la scène », a-t-il considéré. Hélas, ces partis islamiques ont raté plusieurs virages, déjà, et il se trouvent contraints de préparer les élections présidentielles de 2019 dans l’urgence.   

    Connexion ou Créer un compte