Aujourd'hui le :
    A+ A A-

    Un toit ou un cercueil : deux frères menacent de se jeter du haut d’une grue à Constantine

    • Catégorie : actualités
    • Écrit par azed
    • Affichages : 227

    Un toit ou un cercueil : deux frères menacent de se jeter du haut d’une grue à Constantine

     

    Le spectacle de deux frères qui menaçaient de se suicider en se jetant dans le vide, du haut d’une grue, a choqué la population constantinoise. Il était près de 14 heures, ce mardi 28 mars, lorsque les deux suicidaires ont commencé à attirer les regards de la foule qui grouillaient en ce moment là au centre ville de Constantine. Tout le monde retiendra son souffle quand l’un des deux frères s’avancera sur la flèche de la grue, presque jusqu’au bout, avant de revenir vers son frère installé près de la cabine de commande de la grue. En bas, s’affairaient également des pompiers et des éléments des services de sécurité. Ils tenteront vainement de faire redescendre les deux suicidaires. Ces derniers étaient très remontés contre les autorités qui ne leur avaient pas accordé un logement social. Oui, c’est à cause d’un logement social qu’ils menacent de se suicider. Un toit ou un cercueil. Peut être bien que les deux frères n’iront pas jusqu’au bout de leur acte désespéré, peut être qu’ils ne se jetteront pas dans le vide, et qu’ils sont arrivés à ce stade juste pour attirer l’attention des autorités sur leur cas, pour qu’on pense à leur donner un appartement. Mais, un simple faux pas pourrait conduire les deux frères dans une chute de plus de 300 mètres, et ils iront s’écraser en bas. S’ils sont nécessiteux, qu’on leur accorde un logement social, c’est fait pour ça les logements sociaux, et dans le cas où ils s’avèrent qu’ils jouent une triste comédie, qu’on les emmène là où ils ne pourront pas monter si haut que le mur d’une cellule de prison. 

    Des travailleurs de Dzair TV sans salaires depuis 3 mois

    • Catégorie : actualités
    • Écrit par Mouloud M.
    • Affichages : 203

    Des travailleurs de Dzair TV sans salaires depuis 3 mois

     

                                                                                                    Dzair TV, on la présentait comme une chaîne qui accordait les meilleurs salaires dans le paysage audiovisuel privé algérien, on a entendu dire que le patron des patrons, Ali Haddad, propriétaire de la chaîne, allait tirer son chéquier pour la « muscler » cette chaîne, une chaîne qui serait la dernière à ne pas payer ses travailleurs. Difficile à croire, donc, mais la réalité est là. Les travailleurs (journalistes, administratifs, personnel technique) de la chaîne Dzair TV, en activité dans les bureaux de Bordj Bou Arréridj et Annaba, se trouvent sans salaires depuis trois mois ! Pour les autres bureaux, on ne sait pas, confient nos sources, qui confirment que seuls les travailleurs de ces trois bureaux semblent avoir été oubliés par leur patron, le patron des patrons. Pourtant, les concernés ne lui en veulent pas directement à leur patron, M. Ali Haddad, qui continue à bénéficier d’un bon crédit de considération et d’estime. Il ne sait pas que ces travailleurs sont sans salaires depuis 3 mois, il n’aurait jamais cautionné un tel comportement, soutiennent les concernés eux-mêmes. Les travailleurs, des pères de familles, sans salaires depuis 3 mois, et cela risque de durer encore, ne savent plus comment faire parvenir cette préoccupation jusqu’à leur patron, nous disent-il. Il y a comme un mur installé entre lui et les travailleurs, on lui donne de fausses informations sur la gestion de la chaîne, qui perd du terrain à cause de ce climat malsain qu’on a réussi à instaurer et qui a chassé plusieurs journalistes et techniciens compétents vers d’autres châines privées. Dzair TV n’est pa ce qu’elle était il y a deux ou trois ans. Que se passe-t-il alors sur l’écran de Dzair TV ? Selon nos contacts, il s’agit plutôt d’une mauvaise gestion, de négligence. Ce qui est dans les cas très grave, ce sont plusieurs familles qui ne trouvent plus moyen de subvenir à leurs besoins, et le ramadhan qui est à nos portes augmente plus encore l’inquiétude de ces travailleurs de Dzair TV. 

    Saisie de devises opérées par les douanes en 2016

    • Catégorie : actualités
    • Écrit par agences / synthèse
    • Affichages : 230

    Plus de 90 millions de dollars transférés illégalement à l’étranger

     

                                                                                                             Le montant des infractions de change mises au jour par les douanes algériennes en 2016 s'est chiffré à l'équivalent à près de 1000 milliards de centimes (plus de 90 millions de dollars), a indiqué un responsable de la Direction générale des douanes. Ce n’est que la partie visible de l’iceberg, car le trafic de devises de et vers l’étranger est bien plus important, et les sommes qui passent entre les mailles des filets doivent être le double ou le triple, voire plus, du montant saisi par la Douane. Ces infractions de change ont été commises en majorité lors d'opérations du commerce extérieur, comme on peut le soupçonner, pour un montant de 900 milliards de centimes, alors que celles sans relation avec le commerce extérieur ont atteint la somme de 100 milliards de centimes, précise le directeur des relations publiques et de l'information à la Direction générale des douanes, Djamel Brika. En 2015, ce type d'infractions s'était chiffrée à 2200 milliards de centimes (près de 210 millions de dollars), soit une baisse de 45%. Une baisse due à quoi ? Certainement que les trafiquants ont appris à connaitre les pistes par o passent en sécurité la devise. Les infractions de change liées au commerce extérieur sont souvent commises à travers la majoration de la valeur en douane déclarée à l'importation (surfacturation), la minoration de la valeur en douane déclarée lorsqu'il s'agit d'opérations d'exportations et le non rapatriement des montants en devises de marchandises exportées. Quant aux infractions de change non liées au commerce extérieur, elles sont opérées, pour la plupart, par des voyageurs qui traversent les frontières en détenant des sommes importantes de devises dont le montant dépasse celui autorisé par la réglementation.

    Les villes algériennes plongées dans le noir le 25 mars prochain

    • Catégorie : actualités
    • Écrit par Amine T.
    • Affichages : 207

    Extinction des lumières durant une heure à travers le territoire national

     

                                                                                                                      12 ans après son lancement à partir de Sydney, en Australie, l'Algérie s'apprête à participer à la plus grande manifestation  environnementale au monde "Une heure pour la Planète" prévue le 25 mars à travers l'extinction des  lumières de nombreux bâtiments officiels et autres sites pendant une heure, entre 20:30 et 21:30. Les villes algériennes éteindront, donc, le samedi 25 mars 2017 toutes leurs lumières non essentielles, et ce pendant une heure, dans le cadre de l’opération “Heure pour la Planète”, visant à sensibiliser la population au réchauffement climatique. Une initiative qui consiste à éteindre les lumières des bâtiments publics pendant une heure pour promouvoir la lutte contre le réchauffement climatique. L’opération «Une heure pour la planète» a été lancée en 2007 à Sydney, où plus de 2 millions de personnes avaient éteint les lumières. Il s’agissait du prolongement de l’initiative d’associations écologistes françaises (l’Alliance pour la planète) qui avaient appelé le 1er février 2007 à éteindre les lumières en France pendant cinq minutes. En 2008, quelque 50 millions de personnes dans 35 pays avaient participé à cette opération. Le mouvement se propage chaque année et gagne de nouveaux pays qui adhèrent à cette opération environnementale. Au total, plus de 1200 édifices prestigieux du Colisée à Rome aux pyramides d’Egypte en passant par la Tour Eiffel, Notre-Dame, l’Opéra Garnier, l’Empire State Building à New York, l’Acropole d’Athènes, les chutes Victoria au Zimbabwe, la tour Burj Khalifa à Dubai (plus haute tour du monde) ou la Cité interdite et le « Nid d’oiseau » de Pékin et la baie d’Alger, réputée pour sa baie scintillante, seront plongés dans le noir pendant une heure. Espérant que les choses n’en restent pas là, et que les entreprises et administrations soient plus conscientes de l'importance  d'économiser l'électricité et mesurer l'impact de ce comportement sur les plans économique et financier. 

    La Police investit facebook

    • Catégorie : actualités
    • Écrit par azed
    • Affichages : 226

    La Police investit facebook

                                             On l’appréciait naguère avec méfiance, voire comme ennemi du peuple et du pays, mais aujourd’hui la Police en a fait un allié. Ces derniers jours, et en droite ligne de la politique de la DGSN, qui vise à établir des ponts de communication entre la Police et les citoyens, selon un communiqué de la cellule des relations publiques de la sûreté de wilaya de Constantine, la Police a investi les réseaux sociaux à travers la création d’une page officielle sur facebook « Sureté De Wilaya De Constantine ». Jusque là, la police ne disposait pas sur Internet d'un espace et d'une visibilité qui correspondent à son identité et à ce qu'elle est réellement. Désormais, la tendance est affichée, aller vers une Police profondément moderne et au contact permanent avec la population à l’aide du réseau social facebook. La page officielle de la sûreté de wilaya de Constantine qui tend à promouvoir l’image et l’action de la Police, a l’ambition également de faire connaître au grand public ses activités, sur les plans de la sensibilisation, de  comme elle sera un moyen pour recevoir les préoccupations et les demandes d’explications des citoyens, accompagné d’une prise en charge et d’un suivi rapide et efficace,  souligne la même source, qui donne le courriel de contact : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

     

    Ainsi, la Police rejoint facebook après les Imams, qui ont été invités récemment par le ministre des affaires religieuses à ouvrir des pages sur facebook, et les directeurs de l’Education qui ont été bien avant eux, presque les pionniers dans le domaine, suite à une instruction de Mme Benghebrit. D’autres parties ont aussi, et depuis longtemps déjà, pris d’assaut facebook, comme les patrons et les cadres supérieurs de l’Etat. Bien sûr, il faut s’attendre à ce que toutes les sûretés des wilayas ouvrent dans les prochains jours des pages officielles sur facebook.     

    Connexion ou Créer un compte