Aujourd'hui le :
    A+ A A-

    Accusé de déclarations mensongères, Me Ksentini plaidera-t-il coupable ou non coupable ?

    • Catégorie : actualités
    • Écrit par Amine M.
    • Affichages : 48

    La présidence de la République "dément catégoriquement", les déclarations rapportées, samedi et dimanche, par la presse électronique et quotidienne, selon lesquelles le président de la République, Abdelaziz Bouteflika aurait accordé une audience à Me Farouk Ksentini, les qualifiant de "pures affabulations", indique dimanche un communiqué de la présidence de la République.

     L’information a été répercutée par la presse nationale et internationale, dont le Figaro, Me Ksentini a rencontré le président Bouteflika et ce dernier lui a confié qu’il aspire à un 5e mandat présidentiel. Me Ksentini a mis fin au suspens entretenu au sujet de cette probabilité du 5e mandat. Mais le communiqué de la présidence apportant à ce propos un démenti catégorique est tombé comme un couperet. "Un certain nombre de déclarations rapportées par la presse électronique et quotidienne, samedi 18 novembre et dimanche 19 novembre 2017, stipulent que le président de la République, Monsieur Abdelaziz Bouteflika aurait accordé une audience à Maître Farouk Ksentini qui aurait abordé avec lui des questions ayant trait à la situation actuelle ainsi que les perspectives futures", précise le communiqué. "La présidence de la République dément catégoriquement, autant la véracité de l'audience que celle du contenu qui lui est accolé et considère qu'il s'agit là de pures affabulations", souligne le communiqué. Cela suppose que Me Ksentini se trouve dans une situation très embarrassante, pour sa crédibilité en premier lieu, et en second il se trouve sous le coup d’un délit pénal, en l’occurrence la déclaration mensongère, et quel mensonge ! Le démenti ne suffit pas, dans ce cas de figure, car la présidence devrait engager des poursuites judiciaires contre Me Ksentini pour ses propos mensongers, dont la portée reste obscur et peut porter atteinte à l’ordre public.   

     

     

    L'Algérie gagne des points dans sa lutte antiterroriste

    • Catégorie : actualités
    • Écrit par Agences
    • Affichages : 68

    "Baisse constante" du nombre de morts dans des actes terroristes en Algérie, où le terrorisme avait nettement reculé. L’Algérie est sortie de la zone dangereuse, considère l’Institut pour l'économie et la paix (IEP), avec un classement à la 49è place sur 163 pays en matière d’exposition aux risques terroristes…   

     L'Indice du terrorisme mondial (GTI) 2016 élaboré par Institute for Economics and Peace (Institut pour l'économie et la paix, IEP) a classé l’Algérie à la 49è place sur 163 pays, affirmant qu'elle est (l'Algérie) l'un des rares pays qui a connu une "baisse constante" du nombre de morts dans des actes terroristes.

    Sur sa liste de 163 pays, le GTI a placé l’Algérie dans son classement décroissant, à la 49è place des pays exposés aux risques terroristes, soulignant dans son rapport présenté cette semaine à Londres que l'Algérie est l'un des rares pays qui a connu une "baisse constante" du nombre de  morts dans des actes terroristes depuis 2002.

    Dans son rapport de l'année dernière, l'IEP avait déjà souligné que le terrorisme avait nettement reculé en Algérie qui est sortie de la zone dangereuse.

    "L'Algérie a connu une diminution de l'activité terroriste en grande partie grâce aux efforts déployés par les services de sécurité(...)", indique le document ajoutant que les attentats terroristes en Algérie ont, également, "considérablement diminué" en 2016, passant de 55 en 2007 à seulement une attaque.

    Par ailleurs, l'Indice 2016 relève que le nombre des personnes tuées dans des actes terroristes a "significativement" reculé dans quatre des cinq pays les plus touchés, à savoir la Syrie, le Pakistan, l'Afghanistan et le Nigeria.

    Concernant les pays développés, il constate que l'année 2016 a été la plus meurtrière depuis 1988, en excluant l’attentat aux Etats-Unis du 11 décembre 2001.

    Le GTI indique qu’à l’échelle mondiale, le nombre des personnes tuées dans des attentats terroristes a baissé en 2016, mais davantage de pays ont été touchés.

    Au total, 25.673 personnes sont mortes dans des attentats terroristes en 2016 dans 77 pays en 2016 contre 65 en 2015, souligne le rapport.

     

    Le rapport annuel sur le terrorisme dans le monde est réalisé depuis cinq ans par le Centre de recherche australien Institute for Economics and Peace qui se base sur les données rapportées par le centre de recherche sur le terrorisme de l'université américaine de Maryland.

    Assassinat de l'enfant Mohamed Yacine : 3 condamnations à mort et deux peines de 10 ans de réclusion criminelle

    • Catégorie : actualités
    • Écrit par synthèse agences
    • Affichages : 60

    Les débats, qui se sont déroulées dans une salle archicomble de la Cour de Bechar et devant les avocats des accusés commis d’office pour refus de plusieurs autres avocats de les défendre, ont permis de mettre en évidence le mobile de cet abominable crime, à savoir la sorcellerie, d’où la manière dont a été  disséqué le corps de la jeune victime. Les 3 principaux coupables ont été condamnés à mort mais l’exécution de la peine n’aura pas lieu, la peine de mort étant suspendue en Algérie depuis les années 90, et c’est ce qui tue plus encore les familles des victimes.

     Trois des monstres qui ont enlevé et assassiné l’innocent Deriah Mohamed Yacine (6 ans), membres d’une même famille (frère, sœur et épouse), ont été condamnés à la peine capitale, tandis que leur deux (2) autres sœurs ont écopé d'une peine de 10 années de réclusion criminelle. Le verdict a été prononcé tôt vendredi 10 novembre par le tribunal criminel près de la Cour de justice de Bechar.

    Le sixième accusé dans cette affaire, en l'occurrence le beau-frère, a bénéficié d'un acquittement par la même instance judiciaire.

    Au cours des audiences du procès, qui s'est ouvert jeudi 9 novembre à Bechar et qui ont duré plus de 19 heures, chacun des cinq accusés a essayé de nier sa participation à ce monstrueux crime qui a eu lieu dans la localité rurale de Mazer (160 km au sud de Bechar), et ce malgré les preuves tangibles découvertes par les enquêteurs de la gendarmerie nationale au cours des investigations qui a suivi l’enlèvement et la découverte du corps disséqué de la victime dans des sacs en plastique à proximité d’un lotissement de la même localité.

    Les débats, qui se sont déroulées dans une salle archicomble et devant les avocats des accusés commis d’office pour refus de plusieurs autres avocats de les défendre, ont permis de mettre en évidence le mobile de cet abominable crime, à savoir la sorcellerie, d’où la manière dont a été  disséqué le corps de la jeune victime.

    Selon l’arrêt de renvoi, le petit Deriah Mohamed-Yacine avait disparu du domicile familial durant la journée du mardi 11 octobre 2016 et n’avait plus donné signe de vie jusqu’au 13 du même mois où son le corps disséqué a été découvert par un ouvrier dans un lotissement.

    Sitôt alertée, la gendarmerie nationale a diligenté une enquête pour trouver l’auteur ou les auteurs du crime.

     

    Auparavant, les éléments de ce corps de sécurité, avec l’aide d’une section cynophile, avaient lancé de vastes recherches à travers la localité de Mazzer pour retrouver la victime, pour ensuite procéder à l’arrestation des auteurs du crime, membres d’une même famille.

    La presse électronique algérienne se dotera d’un syndicat le 03 décembre prochain

    • Catégorie : actualités
    • Écrit par Communiqué
    • Affichages : 62

    Les représentants de plus de vingt médias électroniques algériens ont tenu  le 12 novembre à Alger une  4e réunion préparatoire au lancement de leur organisation professionnelle. Cette réunion a adopté les points suivants.

     

    -          Poursuite du blocage de TSA depuis le 05 octobre dernier.  Les éditeurs de la presse électronique protestent vigoureusement contre cet acte de censure qui entrave la liberté d’expression, porte à la liberté de la presse et nuit au droit d’entreprendre garantis par la constitution et la loi. Il réitère leur appel au gouvernement algérien afin de lever sans délai le blocage sur TSA via les réseaux d’Algérie Télécom  et de Mobilis

     

    -          Grève de la faim de notre consœur Hadda Hazem.  Les éditeurs de la presse électronique apportent leur entière solidarité à la directrice de publication d’El Fadjr. Ils dénoncent les différentes mesures de rétorsion qui ont conduit à l’étouffement financier du journal et mis en péril l’emploi des salariés de l’entreprise. Ils appellent à une réaction rapide des pouvoirs publics interpellés par cet acte spectaculaire afin de stopper les actions punitives qui y ont conduit.

     

     

    -          Assemblée Générale constitutive.  La réunion a décidé de la tenue  le dimanche 03 décembre prochain de l’assemblée générale constitutive d’un syndicat algérien des médias digitaux (SAMED, appellation provisoire).  Une commission de préparation de l’AG a été instituée afin de prendre en charge tous les volets (juridiques, organiques, logistiques) concourant à la bonne tenue de cet important événement.

     

    -          Pacte d’avenir  Les éditeurs de la presse électronique ont versé au fonds documentaire de la prochaine AG un projet de « pacte d’avenir »  intitulé « les médias électroniques, meilleur potentiel pour produire des contenus algériens sur Internet ». Il sera enrichi et adopté et servira de plate forme de travail afin de réaliser les objectifs du syndicat en partenariat avec les pouvoirs publics. 

     TSA,  Al Jazair Al Youm,  Algérie Part, Huffpost Algérie, Maghreb Emergent, RadioM, Inty, DIA,  Algérie Focus, Mena Défense, Tariq News, Dzfoot, Info Premières, Boumerdes City, Dzair Tube, Our World Algeria, Zeinelle, Lkeria, Algérie Times,  Le Bouzeguene Post, DZMOTION, Mostaganem Aujourd’hui, Sawt Setif, Dzair Talk,  Mobile Algérie,La Voix d’Algérie,  Journal de l’Oranais, Journalistes Citoyens d’Algérie, Algérie 1, Akhbar Djelfa, Cherchell News, Chark. Com, Algérie Solidaire, Autojazair. Com, Direct Algérie,Les Échos. Com, Belabbes. Info, Dz Immobilier. 

    Le FMI conseille à l’Algérie, et d’autre pays, de garder la ceinture serrée

    • Catégorie : actualités
    • Écrit par Synthèse agences
    • Affichages : 61

    Le Fonds monétaire international (FMI) livre une note optimiste sur les pays du Maghreb et du Moyen-Orient. Les prévisions publiées le mardi 30 octobre pour les 23 pays du Maghreb et du Moyen-Orient, le FMI estime que le pire est passé.

    Pour les pays exportateurs de pétrole, dont l’Algérie, la croissance continue d’être médiocre, car les prix du baril de pétrole demeurent relativement bas. Leur croissance moyenne atteindrait 1,7% en 2017 et 3% en 2018. En bas du tableau figurent le Yémen, ruiné par la guerre (-2% et – peut-être – +8%), le Koweït (-2,1% et +4,1%), Oman (0% et 3,7%), l’Arabie saoudite (+0,1% et 1,1%), les Émirats arabes unis (+1,3% et +3,4%) et l’Algérie (+1,5% et +0,8%). Ces pays riches dans le temps du baril de pétrole à 150 dollars devront continuer à se serrer la ceinture pour éviter la poursuite de déficits budgétaires importants qui ont aggravé leur endettement. Le FMI préconise encore et toujours qu’ils accélèrent la diversification de leur économie afin d’exporter autre chose que des hydrocarbures. Les pays importateurs de pétrole et de gaz s’en tirent mieux. Ils afficheraient, toujours selon le FMI, 4,3% de croissance en 2017 et 4,4% en 2018. Djibouti caracole en tête (+7% et +7%) devant le Pakistan (+5,3% et +5,6%), le Maroc (+4,8% et +3%) et l’Égypte (+4,1% et +4,5%). C’est moins brillant pour le Liban (+1 ,5% et 2%), la Tunisie (+2,3% et 3%) et la Jordanie (+2,3% et +2,5%). Enfin, le FMI suggère à tous ces pays, (exportateurs et importateur de pétrole et de gaz d’ouvrir leur économie et de signer des accords commerciaux afin de s’intégrer dans les chaînes de valeur qui permettent de développer l’emploi. Mais, le FMI reste optimiste dans ses analyses sur l’avenir économique des pays de l’Afrique du Nord. 

    Connexion ou Créer un compte