Aujourd'hui le :
    A+ A A-

    Près de 80 000 commerçants ont fermé boutique en 2017 !

    • Catégorie : infos
    • Écrit par Amine T.

    Les commerçants détaillants subissent en toute logique, et de plein fouet, la chute du pouvoir d’achat des citoyens. La situation est très grave en Algérie en ce début de l’année 2018. Car, lorsque le commerce ne va plus, rien ne peut aller mieux. Le commerce constitue un baromètre de l’aisance des sociétés et il faut en convenir qu’il affiche un profil très bas. Aujourd’hui en Algérie, personne ne trouve son compte, sauf quelques tranches de la société qui vivent hors du temps et de l’ambiance du pays…        

                     Entre 70 000 et 80 000 commerçants mettent la clé sous le paillasson au courant de l’année 2017. Et, l’année 2018 ne se présente pas sous de meilleurs patronages, sinon pire que celle qui l’a précédée. C’est le SG de l’Union générale des commerçants et artisans algériens UGCAA, Hadj Tahar Boulenouar, qui a donné, ce 2 janvier, ce chiffre astronomique pour montrer que les commerçants, détaillants, eux aussi, subissent de plein fouet la crise, due à la chute du pouvoir d’achat des citoyens. Pour dire aussi que le commerçant détaillant n’est pas responsable de la hausse des prix, car cela l’arrangerait mieux si les prix restent abordables afin d’attire une forte clientèle. Effectivement, un commerçant chez lequel peu de clients s’y rendent ne peut pas faire tourner son commerce. M. Boulenouar affirme ainsi que le commerçant souffre autant que le consommateur du déséquilibre qui affecte le marché local. Des commerçants qui fuient leurs activités par milliers, du jamais vu ! Et, ceux qui continuent encore à tenir les rideaux ouverts, le font avec grande difficulté. Des commerçants de fruits et légumes ont jeté dans les ordures leurs marchandises invendues, parce que les ménages n’achètent plus à tour de bras, juste le minimum vital. Chose qui a contraint ces commerçants à abandonner leurs stands dans les marchés, alors que d’autres ont mis à la porte leurs travailleurs, parce qu’ils ne pouvaient plus continuer à assurer leurs salaires, aussi dérisoires soient-ils. La situation est très grave en Algérie en ce début de l’année 2018. Car, lorsque le commerce ne va plus, rien ne peut aller mieux. Le commerce constitue un baromètre de l’aisance des sociétés et il faut en convenir qu’il affiche un profil très bas. Aujourd’hui en Algérie, personne ne trouve son compte, sauf quelques tranches de la société qui vivent hors du temps et de l’ambiance du pays.       

    Connexion ou Créer un compte