Aujourd'hui le :
    A+ A A-

    Les blouses blanches voient rouge !

    • Catégorie : infos
    • Écrit par Ayoub C

    Le secteur de la santé sera frappé d’une paralysie totale le lundi et mardi (8 et 9 janvier) à la suite de l’entame de la grève du personnel paramédical à l’appel de leur syndicat SAP. Une grève qui vient se greffer sur une autre, celle des médecins résidents, engagés dans un long mouvement de protestation qui dure depuis plus de 8 semaines, et qui durcissent leur action de jour en jour pour revendiquer "un statut juridique" complétant leur statut général aux côtés d’autres revendications en rapport avec les œuvres sociales, le service national, le service civil, la formation et l’amélioration des conditions de travail. La colère des paramédicaux, quant à eux, est liée au blocage délibéré dans l’ouverture du plan de carrière de la corporation paramédicale (ATS, IDS, ISP), AMAR et sages-femmes, aux tentatives de certains cercles hostiles visant à remettre en cause le système LMD, considéré comme un « acquis scellé et non négociable » par le Syndicat Algérien des Paramédicaux, qui dénonce dans ce contexte le retard accusé dans l’élaboration des arrêtés interministériels (MESRS/MSPRH) malgré les différentes promesses faites depuis 3 ans. Aussi, le SAP dénonce des « évènements graves enregistrés à travers le territoire national dans les différents établissements de santé »… Les algériens doivent-ils éviter de tomber malade par ces temps « d’absence de la médecine » ?!...   

     Citant notamment le cas enregistré au niveau de la wilaya de Djelfa, où une cadre syndicale a fait l’objet d’une vile agression dans l’exercice de ses fonctions dans l’indifférence des autorités de tutelle. Rappelons que cette grève des paramédicaux sera observée d’une manière cyclique, car si leurs revendications ne sont pas satisfaites, les grèves passeront à trois jours par semaine, et ils est probable que les actions de protestation se durcissent plus encore dans ce climat de fuite en avant des responsables du secteur, particulièrement le ministre de la santé qui ne semble plus maîtriser la situation. Il est à craindre que des développements malheureux soient vécus à travers nos hôpitaux durant ces jours de paralysie du secteur de la Santé, un secteur en pleine déliquescence. Car les grévistes, qui se trouvent être la cheville ouvrière des hôpitaux, assureront uniquement un service minimum aux urgences médicales. Les algériens doivent-ils éviter de tomber malade par ces temps d’absence de la médecine ?!  

     

     

    Connexion ou Créer un compte