Aujourd'hui le :
    A+ A A-

    Vaccination contre la rougeole et la rubéole, la grande peur des parents

    • Catégorie : infos
    • Écrit par Rania Z.

    La campagne de vaccination contre la rougeole et la rubéole, qui s’est allongée du 21 décembre au 7 janvier 2018, et qui vient d’être prolongée jusqu’au 31 janvier, se déroule presque dans l’indifférence des parents. Et les autorités continuent à abuser de mensonges en jugeant que tout se déroule dans de bonnes conditions et la campagne a abouti. Pourtant, selon des statistiques recueillies au niveau de quelques grandes wilayas (7,8 % à Alger), le taux de vaccination n’a pas dépassé les 10 % des élèves concernés, dont l’âge se situe entre 6 et 16 ans. Presque le même scénario de 2017 qui se répète (les autorités sanitaires ont été obligés de reprendre tous les lots de vaccins), à la différence près que l’année dernière la défiance des parents vis-à-vis des vaccins a été médiatisée d’une manière outrancière, alors que cette année, la vaccination a été retirée des écoles (cela se tient au niveau des établissements publics de santé de proximité), afin d’éviter de donner à voir le rejet massif et collectif du vaccin, et éviter la « contagion » que cela peut avoir sur la population. Mais, la stratégie n’a pas été efficace, puisque la défiance face aux vaccins est restée ancrée dans les mémoires depuis le décès des bébés et les complications ressenties par des élèves, en 2017, à la suite des vaccinations. Depuis, le vaccin n’est plus protecteur, il représente plutôt la peur…

     Peu, très peu de parents ont opté pour la vaccination de leurs enfants. Selon des statistiques recueillies au niveau de quelques grandes wilayas (7,8 % à Alger), le taux de vaccination n’a pas dépassé les 10 % des élèves concernés, dont l’âge se situe entre 6 et 16 ans. Presque le même scénario de 2017 qui se répète (les autorités sanitaires ont été obligés de reprendre tous les lots de vaccins), à la différence près que l’année dernière la défiance des parents vis-à-vis des vaccins a été médiatisée d’une manière outrancière, alors que cette année, la vaccination a été retirée des écoles (cela se tient au niveau des établissements publics de santé de proximité), afin d’éviter de donner à voir le rejet massif et collectif du vaccin, et éviter la « contagion » que cela peut avoir sur la population. Mais, la stratégie n’a pas été efficace, puisque la défiance face aux vaccins est restée ancrée dans les mémoires depuis le décès des bébés et les complications ressenties par des élèves, en 2017, à la suite des vaccinations. Depuis, le vaccin n’est plus protecteur, il représente plutôt la peur. La peur des parents de perdre leurs enfants à la suite des vaccinations. Et aussi stupide que cela puisse paraître, du côté officiel on tente encore de tranquilliser les parents en versant dans le mensonge et la tromperie. La campagne de vaccination contre la rougeole et la rubéole se déroule à Alger dans de bonnes conditions, a indiqué le Dr Ait Ouaras Boudjemaa à l'APS, précisant que le nombre d'élèves des cycles primaire et moyen (6 à 16 ans) vaccinés a atteint 47.380 élèves durant la période allant du 21 décembre 2017 au 7 janvier 2018. Un chiffre qui représente un taux de 7,8 % sur l’ensemble des élèves concernés à Alger, soit plus de 600 000 élèves. Pour le Dr. Ait Ouaras, toujours, qui ne veut pas avouer l’échec flagrant de cette campagne de vaccination afin de mieux remédier à la situation, « l'opération de vaccination a abouti grâce à la conjugaison des efforts du corps médical » à travers les campagnes de sensibilisation menées au niveau des différentes structures sanitaires par le biais des médias dans le but de rappeler aux familles la nécessité de cet acte et de ses bienfaits pour leurs enfants. La campagne nationale de vaccination contre la rougeole et la rubéole en milieu scolaire s'inscrit dan le cadre du programme national de l'éradication de ces deux affections conformément aux recommandations de l'organisation mondiale de la santé (OMS) et l'avis du comité technique des  experts. Une campagne très importante, et il faudrait peut être agir comme d’autres pays, qui ont mis de côté la recherche des effets de campagnes de sensibilisation et ont rendu obligatoire, par la loi, la vaccination des enfants. Sachant pertinemment que la rougeole et la rubéole sont des maladies graves et très contagieuses, l’Etat doit prendre sa responsabilité et rendre obligatoire la vaccination. 

    Connexion ou Créer un compte