Aujourd'hui le :
    A+ A A-

    Délaissés par les algériens, les logements LPP « offerts » aux émigrés

    • Catégorie : infos
    • Écrit par Ayoub C.

    Boudés par les algériens, qui ont été dégoûté par cette formule à cause du coût exorbitant du mètre carré, le gouvernement a vraisemblablement trouvé la ficelle pour écouler les logements promotionnels publics (LPP) qui lui sont restés sur les bras, soit plus de 2000 unités qui n’ont pas trouvé acheteurs. Pour précision, le prix du mètre carré d’un logement LPP vaut plus de 10 millions de centimes/m2, sans l’aide de l’état et avec des conditions tout à fait différentes, draconiennes pour ce qui est du prêt bancaire (jusqu’à 100 millions de centimes à verser par l’acheteur pour avoir un prêt à un taux commercial et non bonifié, soit le taux fixé par banque dans ses transactions commerciales). En tout cas, les souscriptions à distance des membres de la communauté algérienne établie à l’étranger pour la formule de logement promotionnel public (LPP) se sont ouvertes, jeudi 1 février, par le biais du site de l’Agence  d’amélioration et de développement du logement (AADL), selon une annonce du ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville, Abdelwahid Temmar. Une question s’impose dans ce décor, pourquoi n’a-t-on pas offert aux émigrés le choix de s’inscrire dans toutes les formules de logements ? Il n’y a pas que des riches là-bas, et certains ont besoin d’un petit logement au bled, ils sont des algériens et ils ont bien ce droit si on parle de droit…  

      Et on ne sait pas encore avec quelle monnaie les émigrés vont payer leurs logements, en dinars ou en euros, et s’ils vont se bousculer sur le site de l’AADL. M. Abdelwahid Temmar a souligné, dans une déclaration à la presse, que cette action, initiée en collaboration avec le ministère des Affaires étrangères, servira en premier pour connaitre le nombre exact de la demande qui sera exprimée et situer géographiquement cette demande, pour élaborer un programme en conséquence. "Toute cette opération se déroulera à distance pour faciliter la tâche à notre communauté à l’étranger", a-t-il déclaré, faisant savoir qu’un quota restant de l’ancien programme LPP composé de 2.000 unités sera versé dans cette action pour débuter. Le site de l’AADL comprend tous les mécanismes et procédures à suivre pour bénéficier de cette formule d’habitat, a-t-il indiqué. Une formule qui ne représente que 2% du nombre global des projets de logement à travers le territoire national, contre 19% pour le programme AADL et 37% pour le Logement public locatif (LPL). Une question s’impose dans ce décor, pourquoi n’a-t-on pas offert aux émigrés le choix de s’inscrire dans toutes les formules de logements ? Il n’y a pas que des riches là-bas, et certains ont besoin d’un petit logement au bled, ils sont des algériens et ils ont bien ce droit si on parle de droit.  

    Connexion ou Créer un compte