Aujourd'hui le :
    A+ A A-

    Coupe du Monde 2026 : le soutien à la candidature du Maroc qui a eu la peau du ministre El Hadi Ould Ali

    • Catégorie : infos
    • Écrit par Amine T

    Soutient, soutient pas. Hésitation et incertitude ont marqué la position officielle de l’Algérie vis-à-vis de la candidature du Maroc pour accueillir la Coupe du Monde 2026. Puis vint l’annonce officielle du soutien, par la voix du désormais ex. ministre de la jeunesse et des sports, El Hadi Ould Ali, qui a déclaré que “la décision du président de la république, Abdelaziz Bouteflika de soutenir la candidature du Maroc pour accueillir la coupe du monde de football 2026 sera exécutée avec fierté”. Avant lui, au mois de février, le président de la FAFA avait soutenu lors d’une Assemblée générale de la CAF à Casablanca, que l’Algérie donnera sa voix au Maroc pour obtenir l’organisation du Mondial 2026. Dans ce sillage, la Star du football algérien, Lakhdar Belloumi, est désigné comme ambassadeur du Royaume dans sa course pour accueillir l’évènement planétaire du sport Roi. Hélas, tout semble s’effondrer comme un château de cartes. L’Algérie ne fera pas campagne en faveur de la candidature du Maroc pour accueillir la Coupe du Monde 2026. Après la confusion au sommet de l’Etat algérien à propos de ce soutien, suivi par le OK du ministre El Hadi Ould Ali, qui a donné le signal à Belloumi, viendra le ‘niet’ de la présidence. Selon des médias marocains, la présidence a instruit les responsables concernés par ce dossier de ne pas s’engager dans le soutien au Maroc dans sa course pour organiser le mondial 2026. La réponse tranchante de la présidence est venue avec un léger retard, qui a orienté les choses du côté contraire. Cela a coûté à El Hadi Ould Ali son poste de ministre de la jeunesse et des sports, contrairement à ce que pensent d’autres qui attribuent cette éviction à ses conflits avec les fédérations, puisque c’est lui qui a déclaré le soutien officiel de l’Algérie au Maroc selon une volonté du président de la République Bouteflika, alors qu’il n’en est rien, car la réponse de Bouteflika, transmise tardivement, sera négative. Bien que, aucune déclaration officielle n’est venue contredire ce qui a été annoncé par l’ex. ministre El Hadi Ould Ali, l’Algérie ne pouvait pas soutenir le Maroc, avec lequel les relations ne sont jamais au beau fixe, qui plus est dans une compétition d’envergure mondiale, ainsi que ses retombées politiques, économiques. Cela a probablement contribué à la surexcitation de la tension entre les deux pays, notamment au sujet du Sahara Occidentale. Le Maroc est monté au créneau ces derniers jours pour accuser directement l’Algérie, devant l’ONU, d’être un acteur principal du conflit. La colère brusque du Maroc pourrait s’expliquer par ce refus de l’Algérie de lui apporter son soutien.

    Connexion ou Créer un compte