Aujourd'hui le :
    A+ A A-

    Le mouton d’Ouled Djellal menacé

    • Catégorie : infos
    • Écrit par Mouloud M

    L’élevage du cheptel ovin dans la région de Biskra est en voie de disparition. Et qui dit élevage de cheptel à Biskra dit mouton d’Ouled Djellal. Les éleveurs du cheptel de cette région font tous les efforts à préserver le patrimoine animalier et s’emploient à sa promotion avec les moyens du bord, mais il y a des limites à l’effort humain, notamment lorsque la nature se montre hostile et les autorités aussi négligentes. Parmi les préoccupations soulevées par la "corporation", lors du Salon du mouton d’Ouled Djellal ouvert vendredi 27 avril, notons leur dénonciation du "coût élevé du fourrage et la réduction des zones de pâturage", ainsi que la non disponibilité de l’eau et le manque d’investissement dans l’alimentation animale. Des problèmes qui se conjuguent pour pousser les éleveurs à migrer vers des terres plus accueillantes, plus au nord du pays, et ce déplacement fait peser la menace de la disparition du mouton d’Ouled Djellal, la race pure, la meilleure en Afrique, un label international. Le président de l’association des éleveurs de cheptel de la commune d’El Besbes, Derradji Amraoui a tiré la sonnette d’alarme, estimant également que la quantité de 330 grammes d’orges subventionnés par tête distribuée mensuellement aux éleveurs "n’était pas suffisante", appelant à augmenter ce ratio à 550 gr, et recommandant à faire preuve d’une bonne attention des autorités en faveur des éleveurs du cheptel dans la région de Biskra. Sinon, dans quelques années, il n’y aura plus aucun éleveur qui restera sur les lieux. Ils viendront tous se mêler aux nomades qui migrent vers le nord du pays, avec un risque très élevé de perdre la pureté de la race du mouton d’Ouled Djellal. Car, cette dernière race a pu garder ou sauvegarder sa pureté tant que les éleveurs sont restés attachés à leurs terres.  

    Connexion ou Créer un compte