Aujourd'hui le :
    A+ A A-

    Folle envolée des prix de la pâtisserie !

    • Catégorie : infos
    • Écrit par Rania Z

    Deux kilos, voire trois ou même jusqu’à quatre kilos de pomme de terre contre un petit morceau de pâtisserie. Parfois c’est quatre ou six sachets de lait pour une petite bouchée de gâteau. Que dire, doucement mais sûrement, les gâteaux ont atteint des prix de folie. 70, 100, 150, 240 dinars, c’est le prix atteint ces jours-ci par les petits morceaux de pâtisserie. Incroyable et pourtant vrai. Au courant de l’année, ces prix ne faisaient pas de vagues, parce que les gens mangeaient des pâtisseries par occasion, ce qui fait qu’on paie la not sans trop regarder, car ce n’est pas demain qu’on risque d’y retourner chez le pâtissier. Mais, à la veille du ramadhan, les prix des pâtisseries sont vraiment choquants. La pâtisserie est presque inévitable sur la table du jeûneur, et aux prix affichés, les algériens doivent se désister de cette gourmandise. On rentre chez le pâtissier et c’est 600 dinars au minimum de dépenses. On peut le faire à l’occasion mais pas toujours, reconnaissent des salariés, qui rappellent que d’autres dépenses nécessaires, indispensables, sont à assurer tout au long du mois sacré pour garnir la table du f’tour. La pâtisserie coûte chère, très chère. Pourquoi ? Les pâtissiers, pour expliquer cette hausse, se plaignent de la hausse des prix du beurre, du cacao, de la graisse végétale, du chocolat, des charges du personnel, de la location, de la facture d’électricité, les œufs et même de l'emballage. C’est vrai que tous ces produits ont connu une augmentation, sauf les salaires qui n’ont pas bougé. Les augmentations des produits pâtissiers sont justifiées par la hausse des prix de produits de base, essentiels dans la fabrication des gâteaux. Mais pas au point de vendre des milles feuilles, fabriqué à base de pain récupéré, à 30 dinars le morceau. Mais, normalement c’est simple. Cela n’a pas besoin d’une campagne de boycott de la pâtisserie. Celui qui a les moyens qu’il en achète tout le mois de ramadhan et même après, bsahtou, pour les autres il y aura toujours du Kalb Ellouz « maison », c’est moins cher et c’est propre. En tout cas, le ramadhan ce n’est pas une année, et les pâtissiers risqueront au rythme des prix qu’ils pratiquent de ne pas trouver de clientèle et de fermer boutique. A trop chercher le beurre et l’argent du beurre on risque de glisser sur une peau de banane.     

    Connexion ou Créer un compte