Aujourd'hui le :
    A+ A A-

    Enquête sur l'argent caché de l'Islam de France, odeurs de scandales ressenties

    • Catégorie : infos
    • Écrit par Mouloud M

    Des sous et des dessous, ainsi sera rythmée la marche de la réforme de l’islam de France sous la République En Marche. C’est le point faible ou point noir qui va mettre hors jeu plusieurs personnes influentes sur la scène, en l’occurrence les milliers d’euros récoltés par les mosquées et leur destination, qui reste floue et suscite doutes et indignation dans le milieu des fidèles en France. Le dossier consacré à l’islam de France par l’Obs met son nez en plein dans le mille, une mine d’or hors de tout contrôle. Il est relevé que "les pratiquants (ou fidèles) se montrent généreux, et les mosquées collectent de grosses sommes en sus des valises de billets qui arrivent régulièrement de l’étranger. Mais ces dons demeurent hors de contrôle" selon l’hebdo l'Obs. La réforme que souhaite Macron passe par la neutralisation de ce beau monde qui avait en main le gros pactole d’argent ramassé et dnt on ignore la destination réelle. Pour le moment, il n’y a aucune accusation directement prononcée contre X ou Y, mais l’avertissement est clair. Quiconque oserait s’opposer à lé réforme Macron sera publiquement mis à nu, sans parler de poursuites judiciaires probables. Car, sur l'opacité du fonctionnement financier, l'hebdo donne un exemple précis, celui de la mosquée Adda'wa, dite "de Stalingrad", dans le 19e à Paris, une des plus fréquentées de France, avec plus de 4.000 fidèles  à la prière du vendredi. "Un vrai édifice religieux devait être construit sur l'emplacement des anciens entrepôts dans lesquels ils avaient l'habitude de se recueillir." Mais "Quatorze ans après le premier coup de pioche, seul le sous-sol est en passe d'être terminé. Où est passé l’argent qui devait financer la construction du lieu de culte, alors ? L’Obs fait un clin d’œil à l’imam de la mosquée Adda’wa, Larbi Kechat, qui affiche un train de vie très agréable. Un modèle exploité dans les pays musulmans et qui a été exporté en France et ailleurs à l’étranger. Selon l'hebdo ce serait "loin d'être un cas isolé. Des soupçons pèsent sur une quinzaine d'autres mosquées, à Marseille, Nice, Nanterre, Clichy, ou Clermont-Ferrand… Partout, des musulmans pratiquants s'inquiètent de l'utilisation qui est faite de leurs dons. L'absence de transparence, disent-ils, est de mise". A cela s'ajoutent les escroqueries sur le pèlerinage à La Mecque avec des arnaqueurs notoires à la tête d'agences de voyages fantômes ou rapaces, qui, souvent, n'hésitent pas à démarcher au sein même des mosquées. C’est la première fois que le scandale de l’argent des mosquées fait irruption sur la scène publique, et curieusement au moment où se prépare le lancement de la réforme de l’islam en France. Plusieurs figures risquent de se retrouver dans la boue.

    Connexion ou Créer un compte