Aujourd'hui le :
    A+ A A-

    Points de péage autoroute Est / ouest : leur exploitation accuse un retard de plus de 3 ans !

    • Catégorie : infos
    • Écrit par Rania Z.

    Le gouvernement évite-t-il d’aller vite dans la réalisation et l’exploitation des centres de péage sur l’autoroute Est /ouest pour éviter la colère des automobilistes, qui refusent d’entendre parler de cette taxe qui ouvre droit à l’utilisation de l’autoroute ? C’est possible si l’on tient compte de l’énorme retard accusé par ce projet sans inquiéter outre mesure les autorités. Peut être aussi qu’on a honte de parler de péage sur une autoroute déformée sur plusieurs tronçons. En tout cas, il faut savoir qu’on a commencé à entendre parler des points de péage au niveau de l’autoroute Est/ouest en 2015, année durant laquelle on a annoncé la mise en place de ces points en 2016. L’année 2016 finie, on a parlé d’une mise en place des centres en question en 2017. Puis, rien. Alors on a annoncé un nouveau délai, soit une mise en place au 4e trimestre de l’année en cours (2018). Et, aux dernières nouvelles, le ministre en charge du secteur vient de parler d’une mise en place pour 2019. Concernant les points de péage au niveau de l'autoroute est-ouest, M. Zaalane a indiqué à ce propos, dimanche 4 juin, à partir de la wilaya de Boumerdes où il se trouvait en visite de travail, que l’entrée en exploitation des points de péage se fera dès achèvement de l'opération de réalisation, qui a atteint actuellement près de 71%, précisera-t-il dans ce sens, relevant que l'inauguration de ces points se fera en 2019, sans préciser si c’est au début ou à la fin de l’année 2019. Affirmant que les tarifs de péages n'avaient pas encore été fixés, le ministre a fait savoir que les fonds collectés ainsi seront destiné à l'entretien et à la préservation de l'autoroute est-ouest. Mais toutes ces déclarations concernant la tarification et l’utilisation de l’argent récolté par les centres de péage importent peu face à la réalisation de ces centres qui dure une éternité. Alors que le gouvernement à tout intérêt à mettre rapidement en exploitation ces 22 points de péage devrait assurer des rentrées d’argent très importantes par ces temps de crise financière, mieux que la vignette auto ou autres taxes de documents biométriques. Pourquoi alors ce retard de 3 ans au moins, soit des pertes en milliards de dinars, sans sanction contre les entreprises en charge de la réalisation de ce projet. Bien sûr, les automobilistes sont gagnants dans cette affaire, mais pas le trésor public. En fin, il est à relever que le ministre des Travaux publics et des transports, Abdelghani Zaalane a fait savoir que son département avait recensé 500 à 600 mises en demeures adressées à des entreprises accusant un retard dans la réalisation de projets publics et différentes opérations de développement à travers le territoire national. "Nous ne devons pas fermer les yeux sur les retards dans la réalisation des opérations de développements" a lancé le ministre, expliquant que ces retards causaient "un grand préjudice à l'Etat sur plusieurs aspects, notamment le retardement de l'entrée en exploitation des investissements en question, les pertes supportées par le Trésor en raison de la réévaluation des projets, le gel des fonds débloqués pour le financement".

    Connexion ou Créer un compte