Aujourd'hui le :
    A+ A A-

    La campagne « khaliha t’sadi » n’est pas algérienne

    • Catégorie : infos
    • Écrit par Ayoub C.

    Le ramadan en général, et en particuliers ses premiers et ses derniers jours, dévoilent une vérité sur la campagne « Khaliha t’sadi », qu’on soupçonnait déjà avant manipulée par des cercles occultes, mais qui se confirme à l’occasion. C’est comme si seule la voiture et son prix excessif posait problème dans la vie des algériens, alors que le problème, le vrai, contre lequel tout le monde se tait est celui de la cherté de la vie quotidienne. Les prix honteusement augmentés durant le ramadan pour plumer les gens. Personne n’a lancé de campagne du genre « khalih yantane » contre la cherté de la viande, ou « khaliha tadbal » contre les prix exorbitants des fruits et légumes. Tous affichent une impuissance bizarre, ces gens qui ont boycotté la voiture !? Tous courent dans les marchés pour acheter la tomate à 140 dinars. Tous affluent dans les magasins pour acheter de petites bricoles aux enfants à des prix atteignant le salaire entier de l’algérien. Cela explique une chose, ceux qui ont lancé la campagne khaliha t’sadi ne sont pas des algériens, sinon ils auraient la même chose pour les produits de larges consommation. Une vérité choquante. En tout cas, les commerçants étouffent la joie de l’Aïd el fitr, comme ils le font à la veille de chaque fête religieuse. Une flambée des prix terrible s’est installée dans les marchés durant ces derniers jours de ramadan, déjà éprouvants sans que les commerçants n’y ajoutent un peu de sauce piquante. Et toujours pas trace de campagne « khaliha… ». On critique la hausse des prix mais on achète tout. C’est ça l’algérien. Sans chercher le coupable de cette envolée des prix des légumes et fruits, de la viande et des habits, puisque le tableau est clair, les algériens devraient s’unir en pareille occasion pour boycotter en masse tous les produits qui enregistrent une hausse de prix. C’est très étonnant de voir les gens se ruer par centaines sur les magasins du prêt-à-porter, sur les étals des marchands des fruits et légumes, chez les bouchers et les vendeurs de Zalabia, alors que tous ou presque terminent le mois de ramadan à genoux, sur le plan physique et financier ! De nombreux ménages recourent au système D algérien pour continue à acheter touyt et n’importe quoi. On  s’endette, on vend les bijoux, on fait tous boulots. Mais on est incapable de dire basta ! Arrêtez le massacre.      

    Connexion ou Créer un compte