Aujourd'hui le :
    A+ A A-

    Purge dans les rangs des services de sécurité

    • Catégorie : infos
    • Écrit par Ayoub C.

    Une véritable purge est lancée dans les rangs de la police et la gendarmerie nationale immédiatement après le limogeage de l’ex. chef de la police Abdelghani Hamel et de l’ex. chef de la gendarmerie nationale Menad Nouba. Quatre chefs de sûreté de wilaya ont ainsi sauté de leurs postes, occupés à Alger, Oran, Tlemcen et Tipaza. Plusieurs chefs de commandements régionaux de la Gendarmerie nationale sont remplacés les uns après les autres. Un nouvelle équipe s’installe doucement mais sûrement aux commandes de ces deux corps de sécurité. Même l’Armée nationale populaire n’a pas été épargnée par cette purge, puisque deux généraux en fonction au ministère de la défense (dans les services des finances pour l’un et les ressources humaines pour l’autre) ont été limogés. Il s’agit là, doit-on en convenir, d’actions courageuses et non moins risquées sur le plan de la stabilité de ces corps de sécurité. Pour le moment, le top secret est gardé quant aux causes qui ont poussé les hautes autorités du pays à sévir sur une si grande échelle et faire tomber des têtes qui se croyaient intouchables, mais à entendre le discours du 5 juillet du Général major vice ministre de la défense Gaïd Salah, qui a souligné avec insistance et sur des airs menaçants que les hauts responsables doivent se comporter dignement dans leur travail et au sein de la société, on comprend que le personnel des hauts gradés évincé ces jours-ci n’est pas digne de porter l’uniforme. Ils doivent êtres honnêtes et intègres, avait-il insisté.  Le chef d'état-major de l'ANP semble avoir bien pesé ses propos par cette déclaration qui intervient dans une période marquée par un assainissement dans les rangs des trois principaux corps de sécurité du pays (ANP, Gendarmerie et DGSN), et également comme une mise en garde à l'égard de ceux qui serait tenté de fouler aux pieds le serment en déshonorant leur engagement. A ceux-là des comptes seront demandés pour être jugés de leurs actes, devait-il prévenir. C’est vrai qu’on découvre avec effroi que le mal est très profond et on ne sait jusqu’où cela peut-il aller.

    Connexion ou Créer un compte