Aujourd'hui le :
    A+ A A-

    Wilaya d’Ain Defla : tout pour préserver le patrimoine culturel immatériel

    • Catégorie : infos
    • Écrit par Mayassa H-Khoudja

    La Wilaya de Ain Defla a connu des événements  porteurs d’une impeccable stratégie culturelle, comme en témoigne ses habitants. Ce qui a nettement développé une qualité d’approche très performante avec les habitants des différentes communes de la wilaya.

    Djamel Mahmoud Hassnaoui, Directeur de la Culture de la Wilaya  d’Ain Défila à bien voulu nous apporter quelques précieuses informations sur la réussite de son  projet culturel classé parmi les plus réussis et qui a marqué un très grand succès cette année.

     

    DAA :Mr Hasnaoui comment définirez-vous  les grands axes du programme culturel de la Wilaya de Ain Défla ?

    Le programme culturel s’est basé  sur trois grand axes .La création d’animations intemporelles ou festives, l’inscription de nos propositions culturelles de proximité dans les grandes animations institutionnelles et l’organisation d’une offre culturelle de proximité garante  pour les habitants des communes surtout isolées.

    DAA : Vous voulez dire qu’il existe un programme spécialement conçu pour les communes classées isolées ?

     Oui effectivement .Dans ce contexte, nous avons  conçu des cycles d’animation culturelles  pour chacune de ces communes avec un programme bien particulier pour chacune d’elles. Des spectacles de conteurs, de marionnettes, du théâtre, de concerts à destination d’un jeune public accompagné de ses parents sont programmés dans les quartiers reculés. Ces spectacles vont permettre aux familles dans leur diversité de vivre des émotions culturelles intenses.

    DAA : La Wilaya d’Ain Defla  jouit d’un très riche et exceptionnel patrimoine culturel  immatériel qu’elle est votre programme pour le préserver et le mettre en valeur ?

    Vous savez Chaque région de la wilaya représente un espace mobilisant des particularités culturelles d’une grande valeur que je dois impérativement préserver. les traces des différentes périodes historiques vécues par la région demeure toujours visibles dans les chants andalous et chaabi et même dans la poésie .C’est notre rôle en tant que direction de la culture de préserver ce patrimoine en organisant des  activités  culturelles qui versent dans une réelle complémentarité avec les associations locales qui œuvrent pour la sauvegarde des pratiques traditionnelles, du costume et de l’habit, la poésie et les chants……

    Moi particulièrement je veille à perpétuer  la mémoire orale et à pérenniser les traditions et les pratiques anciennes et à les transmettre de génération en génération. Cet immense réservoir, doit être soigneusement  inventorié, répertorié et organisé. Au niveau de la wilaya de Aïn Defla, les artistes font de leur mieux pour s'imposer sur la scène locale et nationale et essayent de transmettre leur savoir-faire aux générations montantes .Le théâtre par exemple  continue d'attirer l'attention des associations qui s'impliquent de plus en plus dans la formation des jeunes et ce afin qu'ils puissent jouer également leur rôle dans ce domaine. Beaucoup d'artistes s'intéressent au théâtre pour enfants à travers des pièces bien conçues pour répondre aux aspirations des jeunes, souvent à la recherche de leur environnement particulier.

    DAA : Si la transcription du patrimoine immatériel dans le matériel aux fins d’archivage et de sauvegarde est  l’une de vos priorités ? Quelle est votre programme pour la sauvegarde du patrimoine archéologique? 

    Aïn Défila, est une wilaya qui, à l’instar des autres régions, recèle un riche patrimoine archéologique témoignant des nombreuses civilisations qui s’y sont succédé. C’est pourquoi, nous avons tracé un programme pour mettre  ces sites archéologiques en évidence. Même classés patrimoine national par l’Agence nationale d’archéologie et de protection des sites et monuments historiques, je trouve que ce n’est pas assez. Il ne suffit pas de répertorier des sites, de les classer par catégorie. Il reste à les mettre en valeur, à les entretenir pour qu’ils ne subissent point de déperdition.

    On  est même en train de proposer le classement dans l’inventaire supplémentaire du patrimoine historique national d’autres sites. Une grande partie de notre mémoire est gravée, inscrite dans ces pierres, ces colonnes, ces murs, en somme dans cet ensemble architectural .Il est donc de notre devoir de le  préserver. 

    DAA :Un dernier mot pour notre journal

    Ce journal est très séduisant, il m’inspire beaucoup de confiance. J’admire la qualité de l’information transmise, et surtout la crédibilité acquise en quelques temps.

    Propos recueillis par Mayassa H-Khoudja 

    Connexion ou Créer un compte