Aujourd'hui le :
    A+ A A-

    Rabat fait le pressing sur Alger en exigeant une réponse officielle à son invitation au dialogue

    • Catégorie : infos
    • Écrit par Rania Z.

    Le Maroc revient à la charge et demande « une réaction officielle » à son offre de dialogue « direct et franc » avec l’Algérie. C’est le ministre des affaires étrangères marocain, Nasser Bourita, qui a transmis ce message à Alger via l’ambassadeur d’Algérie à Rabat, avec lequel il a eu un entretien le lundi 26 novembre. Au cours de cette entrevue, Nasser Bourita a "réitéré le souhait du royaume de connaître la réaction officielle des autorités algériennes à l'initiative d'établissement d'un mécanisme politique de dialogue et de concertation avec l'Algérie". Tout en signifiant que la proposition algérienne, venue dans le sillage de cette invitation du Roi du Maroc, qui avait formellement demandé la réunion rapide du Conseil des ministres des Affaires étrangères des cinq pays de l'Union du Maghreb arabe (UMA), était sans rapport avec l'offre d'origine "purement bilatérale". D’ailleurs, enfonçant plus encore le clou, le Maroc n’y voit aucune "d'objection de principe quant à la tenue d'une réunion du Conseil des ministres des Affaires étrangères" de l'UMA. Convaincu de la gêne des autorités algériennes, qui n’ont pas donné suite à l’invitation du Roi du Maroc, le 6 novembre dernier, à un dialogue « direct et franc » entre les voisins, Rabat pousse encore Alger dans ses retranchements. Le tout, à la veille des discussions qui doivent débuter les 5 et 6 décembre à Genève sous l'égide des Nations unies et réunir le Maroc, le Front Polisario, l'Algérie et la Mauritanie. Une volonté claire de jeter le discrédit sur l’Algérie devant l’opinion internationale et l’ONU. Côté marocain, malgré le fait qu’on laisse entendre qu’il n’y a rien de tactique dans cette invitation au dialogue, et qu’il s’agit d’une vraie main  tendue, le moment est bien choisi de montrer à tout le monde que c’est l’Algérie n’a pas ni l’intention ni la volonté réelle d’apaiser la tension dans les relations entre les deux pays. Des relations qui "échappent à la normalité, créant, de fait, une situation inacceptable", avait considéré le Roi du Maroc dans son discours télévisé le 6 novembre dernier. Pour rappel, la frontière entre les deux pays est fermée depuis 1994, et la dernière rencontre entre les chefs d'Etat remonte à 2005.

    Connexion ou Créer un compte