Aujourd'hui le :
    A+ A A-

    Application de l’article 102, oui mais avec le mot d’ordre « système dégage »

    • Catégorie : infos
    • Écrit par Mouloud M

    Le retour à la Constitution pour faire appliquer l’article 102, qui mène vers la déclaration de « l’état d’empêchement » du président du président de la République d'exercer ses fonctions, comme l’a proposé le chef d'état-major de l'ANP, est une autre voie qui ne semble pas faire l’unanimité au sein de la classe politique et du mouvement populaire. Il est clair que le système est tombé dans un piège sans fin depuis la sortie des citoyens dans la rue, un certain 22 février, pour dire non à un 5e mandat pour Bouteflika. En accédant à cette demande de millions de manifestants, traduite par l’annulation des élections présidentielles et le retrait de Bouteflika, qui devait remettre le témoin au prochain président qui devait être élu au bout d’une année en passant par l’organisation d’une conférence nationale, le système ne savait pas qu’il venait d’ouvrir ses portes à tous les vents. Car, immédiatement, l’exigence des manifestants est montée d’un cran, pour rejeter le report des élections et la prolongation tacite du mandat du président Bouteflika pour réclamer le départ de tout le système et tout de suite. Puis vint la proposition du chef d’état major de l’ANP, l’application de l’article 102 de la Constitution, une proposition qui a été revendiquée depuis 2014 par plusieurs parties. Mais, là également, la voie proposée ne plaît pas totalement à la majorité. Certains partis sans grande influence sur la scène nationale ont applaudi, alors que d’autres, dont les partis de l’opposition et le mouvement populaire, y voient une solution qu’il faudrait accompagner par d’autres décisions. Avant de passer à l’application de l’article 102, il faudrait visiter l’article 107, qui donnerait l’occasion de procéder au changement du président du Conseil de la nation (Sénat), Abdelkader Bensalah, qui serait appelé à présider le pays dans cette phase de 90 jours, ainsi que l’installation d’un gouvernement d’union nationale. Soit l’exigence du départ de tout le système. La balle est toujours dans le camp du système, et le temps qui presse recommande de passer sans tergiverser à une solution radicale, claire nette et précise, le départ de toutes les anciennes figures du système.       

    Connexion ou Créer un compte