Aujourd'hui le :
    A+ A A-

    Pour Gaid Salah, « le peuple a obtenu ce qu’il voulait »

    • Catégorie : infos
    • Écrit par Ayoub C.

    Malgré le ton rassurant, c’est le discours du chef d’état major de l’ANP, Gaid Salah, qui a le plus fâché le mouvement populaire depuis le début de la crise. Du moins, cette sortie à partir d’Oran, où il se trouve en visite de travail, n’a pas été du goût des manifestants qui réclamaient depuis le 22 février dernier le départ de tout le système. En guise de réponse à leurs aspirations, Gaid Salah leur dira, dans une allocution prononcée au siège du Commandement de la 2ème Région militaire, que "cette phase déterminante requiert de l'ensemble des enfants du peuple algérien fidèle de faire preuve de patience, de conscience et de lucidité afin de réaliser les revendications populaires, guider le pays vers la paix et jeter les bases d'un Etat de droit et d'institutions". Tout en affirmant que l’Armée accompagnera la période de transition destinée à la préparation de l'élection présidentielle, annoncée pour le jeudi 4 juillet, et veillera à son suivi dans "le strict respect des règles de transparence et d'intégrité et des lois de la République". De toute évidence, ce n’est pas ce que veut le peuple, qui appelle, lui, à rompre avec le système actuel et à écarter l'ensemble des figures politiques du régime. Mais, le chef d’état major de l’ANP va plus loin dans l’actuel fait accompli en ajoutant sur un ton qui suscite des craintes, qu'"il appartient à tout un chacun de comprendre et assimiler tous les aspects et les contours de la crise, durant la période à venir, notamment dans son volet socio-économique, qui s'aggravera davantage si les positions obstinées et les revendications irréalisables persistent, ce qui se reflète négativement sur les postes de travail et le pouvoir d'achat du citoyen, notamment au regard d'une situation régionale et internationale tendue et instable. Aussi, il y a lieu de faire preuve de patience, de conscience et de lucidité afin de réaliser les revendications populaires, guider le pays vers la paix et jeter les bases d'un Etat de droit et d'institutions". Ainsi que la peur quand il met l'accent, dans ce contexte, sur "le danger des tentatives de certaines entités étrangères ayant pour but de déstabiliser le pays et de semer la discorde entre les enfants du peuple". Sans les nommer, il parlera de « parties qui s'affairent, par tous les moyens, à dévoyer ces marches de leurs objectifs fondamentaux et à les récupérer afin de faire aboutir leurs plans pernicieux, visant à porter atteinte au climat de sécurité et de quiétude dont jouit notre pays », a-t-il prévenu. Pourtant, les marches et les manifestations ont été exemplaires sur le plan pacifique. En tout cas, Pour Gaid Salah, « il est irraisonnable de gérer la période de transition sans les institutions qui organisent et supervisent cette opération, et ce, au regard des conséquences découlant de cette situation qui pourraient compromettre tout ce qui a été réalisé depuis l'indépendance à ce jour, en termes d'acquis et de réalisations qui demeurent la fierté des générations ». D'autre part, le général de corps d'armée a souligné que "la justice, qui a recouvert ses pleines prérogatives, est désormais en mesures d'entamer des poursuites judiciaires contre toute la bande impliquée dans les affaires de détournement et de dilapidation des fonds publics, et que la question s'étendra également aux affaires de détournement précédentes". Dans ce contexte précis, il a affirmé que "la justice, qui a recouvert ses pleines prérogatives, agira en toute liberté, sans contraintes aucunes, sans pressions ni ordres, pour entamer des poursuites judiciaires contre toute la bande impliquée dans les affaires de détournement des fonds publics et d'abus de pouvoir pour s’enrichir illégalement", A cet effet, nous rassurons l'opinion publique que la question s'étendra à tous les dossiers précédents, comme l'affaire d'El Khalifa, de Sonatrach et du Boucher et autres dossiers relatifs à la corruption qui ont occasionné des pertes considérables au Trésor public". Et, comme lors de ses précédentes sorties, il a rappelé qu'"il n’a aucune autre ambition que de servir le pays et de veiller à sa sécurité et sa stabilité, et qu'il est confiant que le peuple comprendra et mesurera la sensibilité de la situation, privilégiera l’intérêt national et sera capable de sortir victorieux de cette crise". Pour Gaid Salah, « le peuple a obtenu ce qu’il voulait lorsque le président de la République a présenté sa démission le soir du 2 avril dernier, pour passer ensuite à la phase de transition". Si ce qu’il dit est vrai, les manifestants ne vendredirons pas ce 12 avril. la réplique de la rue est, ainsi, attendue lors de ce 8e vendredi de manifestations.

    Connexion ou Créer un compte