Aujourd'hui le :
    A+ A A-

    Algérie : aucune solution en vue après 15 vendredis

    • Catégorie : infos
    • Écrit par Mouloud M

    Rien. Aucun changement sur le front du « Hirak » après cette mobilisation populaire qui a marqué le 15e vendredi consécutif des manifestations en Algérie contre le système politique. Des dizaines de milliers de citoyens sont sortis ce vendredi 31 mai dans les rues à travers plusieurs wilayas du pays pour renouveler leurs revendications du "changement radical" et saluer l'appel au dialogue, mais sans la participation des anciennes figures du système. C’est le dilemme de cette crise politique, où tout le monde prône le dialogue, mais personne ne semble trouver d’interlocuteurs pour concrétiser ces bonnes intentions. L’armée qui appelle au dialogue refuse de s’asseoir à la table pour discuter politique alors que tout l’y invite, d’un autre côté peuple et partis refusent de discuter avec le chef de l’Etat, dont le départ est revendiqué chaque vendredi. Cela débouche sur un scénario où les acteurs en scène finissent par se mordre la queue à force de tourner en rond dans un cercle vide. Avec l’éloignement de la présidentielle du 4 juillet, il est impératif de se mettre d’accord sur une issue concertée entre toutes les vives de la nation pour éviter le chaos. Certes, la mobilisation citoyenne est quelque peu affaiblit par le ramadhan, mais elle reste considérable en ce 15ème vendredi de mouvement populaire, réitérant avec détermination les mêmes revendications exprimées depuis le 22 février dernier dont "le changement radical du système de gouvernance", "départ de tous les symboles du régime" et  "mise en place d’une période transition" menée par des personnalités crédibles qui ne sont impliquées dans des affaires de corruption. A cela s’ajoute ce vendredi la revendication de la libération des détenus d'opinion et la minute de silence à la mémoire du militant des droits de l'Homme, Kamel Eddine Fekhar, décédé mardi après avoir été transféré de la prison de Ghardaïa au Centre hospitalo-universitaire de Blida, en raison de la détérioration de son état de santé suite à une grève de la faim. Un signe qui pousse à trouver une solution en urgence au problème, car le pays n’est pas du tout à l’abri de tristes évènements qui peuvent entraîner le pays sur des sentiers boueux.   

    Connexion ou Créer un compte