Logo

Escalade dans le conflit Iran – USA : Pétrole, nucléaire…à un doigt de l’enfer sur terre !

Au cœur des enjeux au Moyen-Orient, les prix du pétrole seront immanquablement affectés et verront les cours grimper proportionnellement aux tensions entre les antagonistes, L’iran et les Etats-Unis, depuis la frappe qui a ciblé vendredi 3 décembre soleimani Qacem, et leurs alliés dans la région et dans le monde, puisque le conflit prend forcément des dimensions planétaires. Dans ce sens, le cabinet d'études britannique Capital Economics a prédit qu'une guerre américano-iranienne, de plus en plus menaçante, entraînerait une perte d'environ 0,5% de l'économie mondiale en raison de l'effondrement de l'économie iranienne et de l'impact du prix élevé du pétrole sur les économies des pays. Dans un rapport établi par Capital Economics, on avoue qu'on ne peut pas déterminer avec précision comment les choses pourraient évoluer en cas de guerre ouverte entre les deux pays, mais la riposte de l'Iran suite au meurtre de Soleimani pourrait se produire à travers plusieurs actions, y compris une attaque contre les ambassades, voire attaques contre des installations militaires américaines et israéliennes dans la région. Dans une sortie inattendue, l’Iran a officiellement offert 80 millions de dollars contre la tête de Donald Trump. Ce dernier a déjà défini 52 cibles à frapper sur le territoire iranien en cas d’attaque contre les Etats-Unis. Du jamais vu dans les annales des conflits internationaux. Sans parler du bouton nucléaire, en possession des deux pays, qui, s’il sera poussé provoquera l’enfer sur terre. Le rapport De Capital Economics décrit ses prévisions concernant les répercussions des tensions irano-américaines sur trois axes. Le premier axe est l'effondrement de l'économie iranienne, qui pourrait entraîner la perte de l'économie mondiale d'environ 0,3% du produit intérieur brut, ce qui est presque égal aux pertes résultant du différend commercial entre les États-Unis et la Chine. Expliquant que son effet sur le reste des pays de la région dépendra de la mesure dans laquelle chaque pays est lié au conflit. Elle a souligné que si les pays seront affectés négativement, les performances économiques de certains pays s'amélioreront, comme ce fut le cas avec les États du Golfe lors de la première guerre du Golfe. Le deuxième facteur est la possible augmentation significative des prix du pétrole, car le rapport constate que les développements récents ont conduit à une augmentation du prix du pétrole de plus de 3%, pour atteindre 68 $ le baril. Il a expliqué que si l'Iran fermait le détroit d'Ormuz, cela pourrait entraîner une augmentation du prix du pétrole à 150 dollars le baril, qui se refléterait dans les niveaux d'inflation dans le monde entier. Le troisième facteur est la tourmente qui affectera les routes commerciales maritimes, qui influera indirectement sur l'économie mondiale, selon le rapport. Sur les marchés financiers, les marchés boursiers et obligataires des pays de la région du Moyen-Orient seront soumis à des pressions. Sur les marchés mondiaux, les actifs à haut risque seront affectés négativement, les actions diminueront, les devises des marchés émergents s'affaibliront et les actifs refuges augmenteront.

Site développé par © ARIS WEB DZ | Création site web algérie