Aujourd'hui: heure:
    A+ A A-

    « Liste noire » des sociétés complices dans l’établissement et du maintien des colonies israéliennes : que va faire l’Algérie avec le cas « Alstom » ?

    • Catégorie : actualités
    • Écrit par Anis Z.

    Les israéliens et les américains ont tout fait pour la bloquer, mais la liste des entreprises implantées dans les territoires occupés de la Palestine a été finalement publiée par L’ONU le mercredi 12 février. Il s’agit d’une liste de 112 sociétés qui travaillent dans les colonies israéliennes, et sont de ce fait considérées comme complices de l’établissement et du maintien de ces colonies, illégales au regard du droit international. Sur les 112 entreprises nommées par l’ONU, spécialisées dans divers secteurs, dont la construction, les banques, les équipementiers qui interviennent ou favorisent de près ou de loin la démolition de propriétés palestiniennes. Quant à leur domiciliation, on trouve 94 en Israël et 18 dans six autres pays – Etats-Unis, France, Luxembourg, Pays-Bas, Royaume-Uni et Thaïlande. Elles. Parmi ces société, au moins une possède un siège en Algérie, à savoir la société française spécialisée en infrastructure Alstom, alors que les autres (Airbnb, Expedia, TripAdvisor ou encore Booking.com et Opodo sont cités, ainsi que le groupe agroalimentaire américain General Mills, les géants des télécoms Motorola, Altice Europ et Egis Rail) n’ont de lien direct en Algérie, même si certaine peuvent bien avoir des intérêts en Algérie de part leur taille mondial. Même si cette liste reste, pour le moment, sans conséquence légale, elle constitue bel et bien une « liste noire » pour les pays qui soutiennent la cause palestinienne et qui peuvent prendre des mesures à leur encontre, dont leur élimination des marchés publics. Que va faire l’Algérie dans ce cas avec Alstom, bien implanté en Algérie, dont le partenariat dans la Joint-venture CITAL, dédiée à l’assemblage des tramways, à Annaba, ainsi que la réalisation de l’extension du tramway de Constantine ? Tolèrera-t-on sa présence en Algérie alors que la société mène des activités tout à fait illégales, qui plus est dans les territoires palestiniens occupés par Israël ? La liste vient juste d’être publiée, et il faudrait dans ce sens du temps pour étudier son cas. On pourrait la laisser continuer ses projets en cours de réalisation, mais au bout, Alstom ne devrait plus avoir sa place en Algérie. Parce que, pour une société internationale, ce n’est pas interdit de mener des activités en Israël, mais quand il s’agit de « complicité » dans le développement des colonies c’est impardonnable. Le droit international ne l’admet pas, que dire alors des alliés de la Palestine.    

    Connexion ou Créer un compte