Aujourd'hui le :
    A+ A A-

    L’essence et le gasoil plus chers en 2018

    • Catégorie : infos

    Les nouveaux prix à la pompe seront de 38,64 DA pour l’essence normale  (contre 32,69 DA en 2017), de 41,67 DA pour l’essence super (contre 35,72  DA), de 41,28 DA pour l’essence sans plomb (contre 35,33 DA) et de 22,8 DA  pour le gasoil (contre 20,42 DA)

     Le gouvernement tente à travers le projet de Loi de finances 2018 (PLF 2018) de récupérer une partie des pertes entraînées par la chute des prix du baril de pétrole, notamment en prévoyant une augmentation de la Taxe sur les produits pétroliers (TPP) applicable sur les carburants. En termes clairs, l’essence et le gasoil coûteront plus chers, et c’est le citoyen qui devrait, bien sûr, payer de sa poche la chute du prix du baril de pétrole, qui constitue la principale ressource servant l’élaboration de la Loi de Finance. Pis, la hausse des prix des carburants devrait inévitablement provoquer d’autres hausses, comme le transport et toutes les matières transportées. Cette hausse de la TPP sera de 5 DA/litre pour l’essence et de 2 DA/litre pour le gasoil. Ainsi, les nouveaux tarifs de la TPP en 2018  seront de 14 DA/litre pour  l’essence super et sans plomb, de 13 DA/litre pour l’essence normale et de 4 DA pour le gasoil. Et, pour venir à l’essentiel, les nouveaux prix à la pompe seront de 38,64 DA pour l’essence normale  (contre 32,69 DA en 2017), de 41,67 DA pour l’essence super (contre 35,72  DA), de 41,28 DA pour l’essence sans plomb (contre 35,33 DA) et de 22,8 DA  pour le gasoil (contre 20,42 DA), précise le texte portant le PLF 2018 dont copie a été rendue publique. Précisons que ces futurs prix, s’ils seront adoptés tels quels par les députés, sont calculés sans tenir compte des révisions éventuelles des marges par décision de l’Agence nationale de contrôle et de régulation des activités dans le domaine des hydrocarbures (ARH). Selon les motifs du gouvernement, cette démarche graduelle de réajustement des prix des carburants vise à  rationaliser leur consommation, réduire leurs importations, augmenter les  recettes fiscales (cette mesure générera des recettes supplémentaires de l’ordre de 61  milliards DA), diminuer les subventions budgétaires, préserver l’environnement et endiguer le phénomène de la contrebande frontalière.

     

     

    Connexion ou Créer un compte