Aujourd'hui le :
    A+ A A-

    Visas, coopération, étudiants, archives, visite de Macron…L'ambassadeur de France en Algérie dit tout

    • Catégorie : infos
    • Écrit par Amine T.

    Le problème des rendez-vous pour les visas est « en voie de règlement », des solutions seront proposées avant fin 2017.

     Le nombre d'étudiants algériens inscrits dans les universités françaises a atteint 25.000 étudiants, a relevé l'ambassadeur de France en Algérie, Xavier Driencourt, qui a appelé dans ce sens, jeudi 12 octobre, à partir de Blida, à promouvoir la coopération entre les deux pays dans les domaines de l'enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de la culture. Dans une déclaration à la presse à l'occasion de sa visite à Blida, sur invitation du Club des entrepreneurs et industriels de la Mitidja, M. Driencourt a fait part de la volonté de son pays d' « établir des partenariats avec les  universités et grandes algériennes écoles, et d'ouvrir de nouveaux centres culturels français ».

     

    Le nombre de visas accordés aux algériens a doublé en 5 ans

                  

    Concernant le problème des visas, le diplomate a affirmé qu'il était "en voie de règlement", ajoutant que "des solutions seront proposées avant fin 2017". "Le problème est avec le consulat et le partenaire administratif", a-t-il précisé soulignant que « le passage du système traditionnel au système moderne n'est pas toujours facile et entraine  souvent des difficultés ». Précisant dans ce sillage que 200.000 visas avaient été octroyés aux Algériens en 2012, et ce nombre a doublé en 5 ans pour atteindre actuellement 410.000 visas.

     

    Peugeot, les discussions en cours et en bonne voie

     

    Concernant le projet Peugeot Algérie, M. Driencourt a indiqué que des entretiens entre la société Peugeot, ses partenaires algériens et le ministère de l'Industrie "sont en cours et en bonne voie". A une question sur les difficultés que rencontrent les entreprises françaises en Algérie, l'ambassadeur français a affirmé qu'il y a certes des "difficultés mais de grandes sociétés ont tout de même réussi à accéder au secteur industriel algérien à l'instar des groupes Lafarge, Belle, Danone, Renault et Peugeot qui sont parvenus à s'adapter et à trouver des  partenaire algériens". Il a précisé que la démarche est difficile pour les petites et moyennes industries françaises qui ne connaissent pas bien le marché algérien et n'arrivent pas à y accéder. Notre rôle en tant qu'institutions, administration et ambassades des deux pays est d'expliquer comment surmonter ces difficultés, a-t-il dit. Au sujet du problème des archives algériennes en France, il a précisé que "des groupes de travail sont à pied d'œuvre". Mais, on doit comprendre que cette question de la récupération des archives est une histoire qui n’est pas prête d’aboutir à du concret, à cause des vérités qui risquent de déranger pas mal de monde d’un côté et de l’autre de la Méditerranée.  

     

    Visite de M. Macron en Algérie, la date pas encore arrêtée

     

     

    S'agissant de la visite du président français, Emanuel Macron en Algérie, M. Driencourt a indiqué qu'une "visite est prévue", précisant qu'il s'agit d'une visite d'Etat qu'il faut préparer". "Nous restons à la disposition de nos amis algériens pour arrêter ensemble une date", a-t-il dit.

    Connexion ou Créer un compte