Aujourd'hui le :
    A+ A A-

    Le torchon brûle entre le Maroc et l’Algérie

    • Catégorie : infos
    • Écrit par Amine T.

    “Le Maroc recycle en réalité l’argent du haschisch via ses banques dans le continent”, a accusé M. Messahel. Il n’en fallait pas plus pour provoquer une onde de choc qui a ébranlé le Maroc…

     Les déclarations « choc » du ministre algérien des Affaires étrangères Abdelkader Messahel, qui a accusé vendredi 20 octobre le Maroc de “blanchir l’argent du haschisch en Afrique” reflètent l’état de pourrissement des relations entre les deux pays voisins et reportent aux calendes grecques une réouverture des frontières entre les deux pays. “Le Maroc recycle en réalité l’argent du haschisch via ses banques dans le continent”, a accusé Messahel, lors d’un débat avec les chefs d’entreprises à l’université d’été du FCE, qui se tient à la Safex (Alger). Le chef de la diplomatie algérienne a ajouté que les compagnies marocaines opérant vers les pays africains “ne transportent pas uniquement des voyageurs”. “Il y a des dirigeants africains qui le reconnaissent”, a-t-il encore lancé, en refusant de considérer le Royaume comme un exemple pour l’investissement en Afrique. “L’Algérie n’est pas le Maroc”, a-t-il répété, en critiquant les patrons qui louent la politique d’investissement marocaine en Afrique. “Beaucoup parlent de la présence marocaine sur les marchés africains, en réalité, il n’y a rien (makan walou)”, a-t-il dit, en affirmant que “tout le monde sait que le Maroc est une zone de libre-échange ouverte aux compagnies étrangères pour ouvrir des usines et employer quelques Marocains”. Le chef de la diplomatie algérienne a insisté sur la nécessité de promouvoir la destination Algérie pour attirer des investisseurs en affirmant que des rapports classent notre pays parmi les dix pays les plus stables et les plus beaux. Cette sortie du chef de la diplomatie algérienne fait suite à de nombreuses « insultes » de diplomates marocains à partir de tribune internationale, et il ne faut donc guère s’étonner ou s’émouvoir outre mesure. A quoi devait s’attendre le Maroc qui a permis à ses sujets de brûler le drapeau algérien un certain 1er novembre,  après ses harcèlements diplomatiques contre l’Algérie, désignée comme un axe du mal et coupable de tous les maux dont souffre le Maroc et tout le Maghreb ? Et, puis, M. Messahel qui a fait une petite tournée dans les pays du Sahel, a dû prendre connaissance de ce que faisait la diplomatie marocaine pour ternir l’image de l’Algérie sur le continent. Au fond, Les deux voisins se partagent bien ces « amabilités » depuis l’ère Boumediene et Hassan II, quoi de nouveau ?! C’est une mode que les deux pays ont adopté comme règle de voisinage à cause des différences dans les points de vue sur le dossier du Sahara Occidentale, particulièrement. C’est la poignée de sable qui fait grincer la machine des relations entre les deux pays. En tout cas, cette sortie fracassante du ministre algérien des affaires étrangères va donner du fil à retordre aux voisin marocains qui vont longtemps rumine leur colère, mal enfouie, contre l’Algérie. Et, cela ne changerait pas grand-chose à la position algérienne sur le dossier sahraoui. Les algériens qui soutiennent le Polisario depuis plus de quarante continueront encore à le faire encore aujourd’hui et demain. C’est une position inébranlable.  Enfin, le Maroc a commencé à mettre en place sa riposte. Jugeant « gravissimes » les déclarations du Ministre des Affaires étrangères de la République algérienne démocratique et populaire, au sujet de la politique africaine du Royaume du Maroc, le chargé d’affaires de l’Ambassade d’Algérie à Rabat a été convoqué, au siège du Ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, selon un communiqué du ministère des Affaires marocains, publié vendredi soir. Dans sa réaction, le ministère des Affaires étrangères marocain a qualifié d'”irresponsable”, voire d'”enfantin” les propos de Messahel. Pour Rabat, ces “allégations mensongères ne peuvent justifier les échecs ou cacher les véritables problèmes économiques, politiques et sociaux de ce pays, et qui touchent de larges franges de la population algérienne, notamment la jeunesse. Pour le Maroc, “les propos tenus par le Ministre algérien sur des institutions bancaires et la compagnie aérienne nationale, témoignent d’une ignorance aussi profonde qu’inexcusable des normes élémentaires du fonctionnement du système bancaire et de l’aviation civile, tant à l’échelon national qu’international. Ajoutant que “face à ce développement inacceptable”, le Maroc a décidé “le rappel en consultation de l’Ambassadeur de Sa Majesté le Roi en Algérie, sans préjudice des actions que les institutions économiques nationales diffamées par le Ministre algérien, pourraient prendre.” Laissant clairement entendre que des actions judiciaires sont à prévoir dans ce sens contre le ministre algérien des affaires étrangères. Et, certainement que ce dernier va prendre à témoin les rapports de l’ONU qui classent le Maroc comme l’un des plus gros producteurs de hachich au monde. 

    Connexion ou Créer un compte