Aujourd'hui le :
    A+ A A-

    Des algériens détenus en Libye rapatriés

    • Catégorie : infos
    • Écrit par synthèse agences

    Dès leur arrivée en Algérie, les 46 citoyens rapatriés ont été condamnés par le tribunal de Tébessa à 2 mois de prison avec sursis pour tentative d’immigration clandestine ou de harga. Mais ce n’est rien par rapport à ce qui les attendait dans l’enfer des prisons libyennes…

     L’éclatement du scandale de l’esclavagisme et d’autres atrocités qu’on fait subir aux migrants clandestins ont poussé la Libye à ouvrir ses frontières et laisser partir tous ceux qui ont tenté d’utiliser ce pays comme zone de transit vers l’Europe. Plusieurs migrants subsahariens ont été déplacés par le Haut Commissariat des Réfugiés en France, et quarante-six (46) citoyens algériens détenus en Libye ont été rapatriés, comme l’a assuré lundi le porte-parole du ministère des Affaires étrangères(MAE), Abdelaziz Benali Cherif, soulignant que cette opération s'est déroulée en "bonne intelligence et en étroite coordination avec les autorités libyennes compétentes".

    M. Benali Cherif affirme que "les efforts ont été couronnés de succès dans la mesure où l'ensemble des citoyens algériens, au nombre de  46, ont été  libérés sur trois vagues, respectivement  les 17, 18 et 19 novembre courant et ont été rapatriés par route, via la Tunisie, hier 19 novembre 2017".

    "Le ministère des Affaires étrangères a, dès réception des premières informations selon lesquelles des citoyens algériens seraient détenus en Libye dans la localité de Zouarra, pris toutes les mesures nécessaires et mobilisé tous les moyens requis pour entrer en contact avec les parties responsables du centre de détention en question et vérifier l'identité des personnes détenues", a précisé le porte-parole du MAE.

    Il a relevé que cette opération "qui n'est pas la première du genre que mène le ministère des Affaires étrangères pour le rapatriement de citoyens algériens retenus en Libye s'est déroulée en bonne intelligence et en étroite coordination avec les autorités libyennes compétentes",  ajoutant que le consulat d'Algérie à Gafsa s'est chargé de leur transfert de Libye en Algérie.

     

    "L'état de santé de l'ensemble de ces citoyens est rassurant. Ils ont néanmoins été soumis à des examens médicaux au niveau du poste frontalier de Bouchebka", a encore rassuré M. Benali Cherif. Et, dès leur arrivée en Algérie, ils ont été condamnés par le tribunal de Tébessa à 2 mois de prison avec sursis pour tentative d’immigration clandestine ou de harga. Mais ce n’est rien par rapport à ce qui les attendait dans l’enfer des prisons libyennes.

    Connexion ou Créer un compte