Aujourd'hui le :
    A+ A A-

    Malaise social généralisé, spontanéité des mouvements de contestation ou manipulation ?

    • Catégorie : société
    • Écrit par Ayoub C.

    Est-il possible de croire que les médecins résidents son manipulés, ainsi que les paramédicaux qui entament le 5 février prochain une grève illimitée, les enseignants affiliés au Cnapeste qui rejoignent ce mardi 30 janvier la protestation, le personnel commercial d’Air Algérie, les retraités de l’armée qui veulent marcher à Alger même en payant de leurs vies ? Bien sûr que NON. Les mouvements de protestation socioprofessionnelle resteront inscrits, quoi qu’on dise, dans ce cadre. D’ailleurs, ceux qui laissent croire qu’il s’agit de manipulation ne sont que des casseurs, tentant à travers cette formule de semer le doute dans les esprits. Pour preuve, ce sont ces mêmes partis qui gèrent les affaires publiques et il est de leur prérogatives, de leur devoir, de calmer les esprits d’une autre façon, en négociant sérieusement avec les syndicats, satisfaire leurs revendications légitimes et fondées, du moins leur accorder un peu de respect à ces syndicats et aux travailleurs qu’ils représentent. Le Cnapeste a appelé à une grève ouverte à partir du 30 janvier, et on envoie négocier des responsables du ministère avec les syndicalistes, alors que la situation exige la présence de la ministre en personne pour discuter avec les syndicalistes et tenter de les ramener à de meilleurs sentiments. On préfère aussi lancer contre eux les parents d’élèves, qui doivent déposer des plaintes devant la justice contre les enseignants grévistes, mettant une partie du peuple en conflit avec une autre et rester en spectateurs au ministère. Alors, qui manipule qui ? S’il y a des sages dans ce pays, il est grand temps d’agir dans le bon sens avec équité et sincérité car demain il sera trop tard…       

       La classe politique est divisée sur la question de la protesta qui secoue plusieurs secteurs professionnels. Certains une partie soutient ces actions de protestation, d’autres partis y voient une expression d’une volonté malveillante, la main de la déstabilisation, de la manipulation avec des visées politiques, enfin tout sauf des mouvements d’ordre purement socioprofessionnel. Et, les mêmes avis sont largement partagés au sein de l’opinion en général, parfois les syndicalistes eux-mêmes se mettent à douter de leur action de contestation, se posant la question s’ils n’étaient que marionnettes entre les mains de forces occultes qui veulent provoquer un séisme dévastateur au sein du système en provoquant l’effervescence sur le front social. En un mot, on croit ou on fait croire, dur comme fer, que les grèves qui éclatent un peu partout ne sont pas d’essence purement socioprofessionnelle. Est-il possible de croire que les médecins résidents son manipulés, ainsi que les paramédicaux qui entament le 5 février prochain une grève illimitée, les enseignants affiliés au Cnapeste qui rejoignent ce mardi 30 janvier la protestation, le personnel commercial d’Air Algérie, les retraités de l’armée qui veulent marcher à Alger même en payant de leurs vies ? Bien sûr que NON. Les mouvements de protestation socioprofessionnelle resteront inscrits, quoi qu’on dise, dans ce cadre. D’ailleurs, ceux qui laissent croire qu’il s’agit de manipulation ne sont que des casseurs, tentant à travers cette formule de semer le doute dans les esprits. Pour preuve, ce sont ces mêmes partis qui gèrent les affaires publiques et il est de leur prérogatives, de leur devoir, de calmer les esprits d’une autre façon, en négociant sérieusement avec les syndicats, satisfaire leurs revendications légitimes et fondées, du moins leur accorder un peu de respect à ces syndicats et aux travailleurs qu’ils représentent. Le Cnapeste a appelé à une grève ouverte à partir du 30 janvier, et on envoie négocier des responsables du ministère avec les syndicalistes, alors que la situation exige la présence de la ministre en personne pour discuter avec les syndicalistes et tenter de les ramener à de meilleurs sentiments. On préfère aussi lancer contre eux les parents d’élèves, qui doivent déposer des plaintes devant la justice contre les enseignants grévistes, mettant une partie du peuple en conflit avec une autre et rester en spectateurs au ministère. C’est un comportement inadmissible, estiment des travailleurs du secteur de l’Education. Qu’on ne vienne pas demain dire que les enseignants grévistes menacent la scolarité des élèves, notamment ceux des classes d’examen. Un peu de respect pour les travailleurs et les choses rentreraient dans l’ordre. Et puis, le malaise sociale est bien réel, il n’est pas une vue de l’esprit, seulement. A ce train, l’explosion est inévitable. Alors, qui manipule qui ? S’il y a des sages dans ce pays, il est grand temps d’agir dans le bon sens avec équité et sincérité car demain il sera trop tard.       

    Connexion ou Créer un compte