Aujourd'hui le :
    A+ A A-

    Russia 2018, des groupes généralement équilibrés

    • Catégorie : sport
    • Écrit par synthèse RS/Eurosports

    Le tirage au sort qui a eu lieu ce vendredi 1 er décembre à Moscou n’a donné aucun groupe de la mort, les spécialistes parlent même de groupes de la vie, tout au plus de groupes compliqués. Si l’équipe de France est plutôt bien lotis, l'Espagne aura fort à faire avec le Portugal (Cristiano face à ses coéquipiers du Réal Madrid), l'Iran et le Maroc. L'Argentine, avec la Croatie, l'Islande et le Nigeria, devra être solide. L'Allemagne hérite aussi d'un groupe très difficile à gérer avec le Mexique, la Suède et la Corée du Sud. Parmi les équipes africaines, seul le Sénégal semble s’en tirer à bon compte, mais cela reste des seulement des analyses et des pronostics…

    Groupe A : La Russie hérite de l’Uruguay et de l’Arabie Saoudite en ouverture

    Un match d’ouverture pas trop palpitant en perspective. En héritant de l’Arabie Saoudite en ouverture le 14 juin prochain, la Russie démarrera son Mondial face à un adversaire qui paraît à sa portée. Dans le même groupe, l’Uruguay d’Edinson Cavani et Luis Suarez, double vainqueur de l’épreuve, aura une belle carte à jouer même si l’Egypte, de retour pour la première fois depuis 1990, fait office d’épouvantail. Globalement, la Russie s’en tire à bon compte.

    Groupe B : Portugal et Espagne, le choc du premier tour

    Ça sera le premier choc de cette Coupe du Monde. Le 15 juin prochain, l’Espagne, vainqueur en 2010, affrontera le Portugal, tenant du titre de l'Euro. On pourra notamment observer Cristiano Ronaldo face à ses coéquipiers du Real Madrid pour une revanche du huitième de finale perdu par les Lusitaniens (1-0) il y a sept ans. Pour son grand retour depuis 1998, le Maroc d’Hervé Renard devra réaliser un exploit pour espérer passer le cut. L’Iran complète le groupe et espèrera faire un meilleur résultat qu’en 2014 où, avec un petit point, il n’avait pas pesé lourd.

    Groupe C : Les Bleus pas malheureux

    En tirant l’équipe supposée la plus faible du chapeau 2, le Pérou, l’équipe de France a eu de la chance au tirage. Comme souvent. En évitant les épouvantails qu’étaient l’Espagne, l’Uruguay ou l’Angleterre, les Bleus se sont offerts un groupe largement à leur portée où ils affronteront cette nation sud-américaine pour la première fois de leur histoire. Pour le Danemark, c’est autre chose. Déjà croisée en 1998 et en 2002, l’équipe de Christian Eriksen aura une carte à jouer. Enfin, l’Australie, actuellement sans coach mais participant pour la troisième fois d’affilée, complète le groupe.

    Groupe D : L'Argentine est cernée

    Vice-championne du monde en titre mais à la peine lors des qualifications, l'Argentine a peut-être hérité du groupe le plus homogène de ce premier tour. Si la bande à Lionel Messi a évité l'Espagne, épouvantail du chapeau 2, il n'y aura sur le papier aucun match facile. Face à l'Albiceleste, on retrouvera deux équipes européennes, la talentueuse Croatie et l'Islande, certes novice en Coupe du monde mais qui a prouvé lors du dernier Euro (quart de finaliste) qu'il était à prendre au sérieux. Enfin, le Nigéria reste une des nations africaines les plus solides et les plus expérimentées en Coupe du monde.

    Groupe E : Le Brésil tranquille ?

    Cela aurait pu être pire pour le Brésil. Les coéquipiers de Neymar, quintuples champions du monde, ont hérité d’un groupe largement abordable en héritant notamment de la Suisse depuis le chapeau 2. Mais la Nati, très sérieuse en qualification, pourrait poser de gros problèmes à la Seleção. Le Costa Rica, quart de finaliste de la dernière édition, va essayer de rééditer son exploit tandis que la Serbie fera figure de trouble-fête.

    Groupe F : Et si le plus difficile était pour l’Allemagne ?

    Bien sûr le groupe D de l’Argentine est homogène. Mais ce groupe F, dont l’Allemagne était la tête de série, sera compliqué pour les tenants du titre. La Mannschaft devra en effet se défaire d’une équipe du Mexique toujours au rendez-vous (six huitièmes de finale consécutifs). Mais ce n’est pas tout. Car la Suède, que les Bleus ont croisé en qualifications, aura aussi un rôle à jouer. Tombeurs de l’Italie en barrages, les coéquipiers d’Emil Forsberg pourraient bien créer la surprise. Mais n’oublions pas non plus de mentionner la Corée du Sud, demi-finaliste en 2002, qui viendra aussi enquiquiner le tenant du titre. Décidemment, les hommes de Joachim Löw n'ont pas été gâtés.

    Groupe G : Un duel Belgique-Angleterre alléchant

    Le groupe paraît déséquilibré sur le papier. La Belgique et l'Angleterre semblent destinés à se battre pour la première place. Le duel s'annonce alléchant et riche en retrouvailles compte tenu du nombre important de joueurs évoluant en Premier League parmi les Diables Rouges (HazardLukakuDe BruyneCourtois, Vertonghen…). Le reste de la poule est bien plus abordable. La Tunisie et surtout le Panama, qui n'avait jamais disputé la moindre Coupe du monde jusqu'ici, apparaissent un peu limités pour rivaliser avec les deux cadors européens de cette poule.

    Groupe H : Le groupe le plus ouvert ?

     

    Le seul groupe à ne pas compter un ancien champion du monde ni même, d'ailleurs, un ancien finaliste. Et pour trouver trace d'une de ces quatre nations dans le dernier carré du Mondial, il faut remonter à… 1982 ! C'est donc un groupe très ouvert où tout semble possible. Une poule exotique aussi, avec un représentant de quatre continents : la Pologne pour l'Europe, le Sénégal pour l'Afrique, la Colombie pour l'Afrique du Sud et le Japon pour l'Asie. Bon courage pour les pronostics !

    Connexion ou Créer un compte