Aujourd'hui le :
    A+ A A-

    Les maths, le faible des élèves algériens

    • Catégorie : société
    • Écrit par Ayoub C.

    Le constat est alarmant, depuis quelques années, les élèves se détournent massivement de la filière des mathématiques. Un domaine dans lequel excellait l’ancienne génération, parmi laquelle des ingénieurs et des physiciens occupent aujourd’hui des places de choix dans de grands groupes internationaux. Aujourd’hui, selon la ministre de l'Education nationale, Nouria Benghabrit, a affirmé samedi seuls 3,46% des élèves, toutes spécialités confondues, s'intéressaient aux mathématiques. Une catastrophe pour l’avenir du pays, qui sera dans la contrainte de recourir aux migrants, si on pouvait faire compétition dans ce domaine avec les pays riches et puissants, où les mathématiciens des pays pauvres trouvent refuge confortable. Pour pallier ce dysfonctionnement, Mme Benghabrit a estimé qu’il faut impérativement mettre en place une stratégie commune entre son secteur et le ministère de l'Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, en vue de promouvoir l'enseignement des mathématiques dans les trois cycles, et de les rendre plus attrayantes pour les élèves. Mai sil ne saurait meilleure stratégie que celle de récompenser l’effort en donnant de la considération à ces jeunes qui suivent les mathématiques, leur garantir un salaire important, plus important que ceux accordés aux autres filières. Sinon pourquoi suivraient-ils une filière réputée très difficile, s’ils se retrouvent au bout de leurs cursus universitaires au bas de l’échelle des salaires, parfois sans autres débouchés que l’enseignement. La ministre a concentré sa conduite pour corriger cette absence d’engouement des élèves pour les mathématiques sur la mission essentielle de l’école, appelant les enseignants chercheurs, les membres de la corporation et de la société civile à œuvrer à la création "d'une dynamique scientifique et pédagogique concernant l'enseignement des mathématiques en vue de remédier aux problèmes d'apprentissage chez l'élève". L’autre moyen de rendre intéressante la filière des mathématiques, soit l’amélioration du statut social des matheux, reste des prérogatives des pouvoirs publics.

    Connexion ou Créer un compte