Aujourd'hui le :
    A+ A A-

    De faux malades mentaux s’enrichissent en revendant les psychotropes au marché noir

    • Catégorie : société
    • Écrit par Mouloud M

    Les ventes des psychotropes et des médicaments neuroleptiques explosent au niveau des officines pharmaceutiques et dans la rue au marché noir. Sur le marché noir, on sait qu’il ne se passe pas un seul un jour sans qu’on parle de saisies de psychotropes et d’arrestation de trafiquants des stupéfiants, mais ce qu’on ne sait pas c’est que les ventes légales des psychotropes dans les officines explosent. "Nous enregistrons quotidiennement à travers les officines une moyenne de 15 à 20 ordonnances médicales délivrées par des médecins généralistes prescrivant des psychotropes à différentes catégories de patients", a déclaré samedi 8 juin à l’APS le vice-président du conseil de l’Ordre des pharmaciens du sud-ouest du pays, Elyes Tayeb Bouzar. Et la situation devrait être similaire à travers toutes les régions du pays. "Des ordonnances médicales de ces médecins généralistes, prescrivant un traitement de trois mois à base de psychotropes, est contraire au protocole médical, seul un médecin spécialiste peu prescrire un pareil traitement sur la même période", a expliqué ce responsable régional. Mais le président de l’Ordre d’éthique et déontologie médicale de la région du sud-ouest, Dr Cheikh Bendada, a expliqué de son côté qu’"un médecin généraliste a le droit de prescrire un traitement de trois mois à un patient dont la santé nécessite un pareille traitement pour cette même période". Il faut également signaler qu’au-delà de ces explications sur la prescription « abusive » ou non des psychotropes par des médecins généralistes, il y a lieu de signaler l’exploitation de ce filon en or par les faux malades mentaux, qui se font prescrire des ordonnances de psychotropes pour trois mois, se procurent tout le lot, parfois gratuitement en tant que malade chronique, et le revendent aux dealers au prix fort. De nos jours, se faire passer pour un malade mental rapporte gros, très gros, mieux que ce que touche un salarié. « dir b’rouhak mahboul tachbaâ k’sour » (fais-toi passer pour un fou et tu sera rassasié de galettes), le vieux dicton algérien n’a jamais été aussi bien vérifié.

    Connexion ou Créer un compte